Scierie Kruger à Parent: 233 travailleurs au chômage

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Scierie Kruger à Parent: 233 travailleurs au chômage
(Photo L'ÉCHO archives)

La société Kruger a annoncé vendredi dernier qu’elle interrompait les activités de quatre scieries, en raison des conditions défavorable du marché nord-américain du bois d’oeuvre. Les scieries de Parent, en Haute-Mauricie et de Launay, en Abitibi, ont été fermées jeudi pour une période indéterminée alors que les scieries de Ragueneau et de Forestville, ainsi que l’atelier de séchage et de rabotage de Longue-Rive, sur la Côte-Nord, cesseront leurs opérations à compter du 29 juin, également pour une période indéterminée.

Nous pouvons toutefois penser que la réouverture de l’usine de Parent pourrait se faire au cours des six prochains mois. «Par exemple, pour l’usine située sur la Côte-Nord, les travailleurs ont eu un préavis de 12 semaines. C’est donc dire que la fermeture de l’usine sera plus longue que la période de six mois, explique Jean Majeau, le vice-président, Affaires publiques de la Société. Comme les travailleurs de Parent n’ont pas eu ce préavis, nous avons bon espoir qu’à l’intérieur d’une période de six mois, l’usine serait rouverte, mais avec toutes les réserves qui s’imposent.»

M. Majeau poursuit en soulignant que la réouverture de l’usine n’est pas intimement liée avec les investissements qui sont prévus. «Plusieurs conditions sont requises avant d’annoncer ces investissements. Notre premier estimé indiquait un montant de 30 M$, mais comme nous avons procédé à l’acquisition des usines de St-Roch-de-Mékinac et St-Séverin-de-Prouxville, les investissements à Parent ne seront pas aussi importants. Nos nouvelles acquisitions ont besoin aussi d’être améliorées. Présentement, toute notre attention est dirigée vers les conditions du marché.»

Questionné à savoir si la compagnie a prévu de faire l’annonce des fermetures après les élections, M. Majeau réfute cette affirmation. «Nous avons pris cette décision en analysant l’évolution du prix de vente du bois d’oeuvre qui a considérablement chuté au cours des dernières semaines. À ce temps-ci de l’année, il existe une reprise du marché du bois mais pas cette année. La diminution du prix du bois donne un signe aux analystes qu’il n’y aura pas de reprise du marché. Nous avons eu la confirmation cette semaine; il s’agissait de la quatrième semaine consécutive où le prix du bois a chuté.»

M. Majeau confirme que la scierie de Parent, lorsqu’elle reprendra ses activités, continuera avec le même volume d’employés qu’avant la fermeture. Il n’y aurait pas de coupure de quart de travail. «Il n’y aura pas d’activité forestière, donc pas de transfert de volume de bois.»

Sur les 233 travailleurs de la scierie de Parent, 110 travaillaient à l’usine, 98 en forêt et la fermeture touche 25 transporteurs.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires