Plus de 4h30 pour recevoir des soins à Clova

Par superadmin
Plus de 4h30 pour recevoir des soins à Clova
Yvan Frenette

Une plainte a formellement été déposée à la Ville de La Tuque, comme quoi le service de premier répondant de Parent n’est pas efficace.

La plainte qui a été logée le 15 juillet dernier provient du président de la Banque de techniciens ambulanciers du Québec (BTAQ), Yvan Frenette. Une copie de la plainte a aussi été envoyée à l’Agence de santé.

Dans la missive qui a été remise à l’Agence de santé, on peut entre autres y apprendre que la BTAQ a « connaissance que de façon très régulière, les premiers répondants ne sont pas disponibles à Parent et ils n’informent pas le centre de répartition. »

En ce sens, dans un contrat que la Ville de La Tuque a signé avec l’Agence, il est entendu qu’un service de premier répondant doit être en vigueur 24h/24, ce qui n’est pas respecté selon le requérant. Celui-ci termine sa lettre en soulevant un fait troublant : « Dans les derniers mois, nous avons eu quelques appels autour de Parent qui ont eu des temps de réponses de plus de 4h30 pour des priorités numéro un. » Un chiffre que M. Frenette qualifie de « pas acceptable! » Toujours selon le plaignant, quand les premiers répondants sont en poste, le système serait relativement fonctionnel. Là où le bât blesse, c’est quand il n’y a pas de premier répondant disponible, les individus en attente de soin doivent alors patienter le temps qu’une ambulance en provenance de La Tuque arrive, ce qui nécessite un délai qui varie entre 3 h et 3 h 30 « sans compter le temps que l’ambulancier doit prendre pour aller chercher son ambulance à cause de l’horaire de faction », spécifie le président de la BTAQ.

Pour pallier au problème, la BTAQ demande la présence d’une ambulance pour desservir le secteur de Parent, Yvan Frenette croit que les chiffres parlent suffisamment d’eux-mêmes « À titre d’exemple, le secteur de Manic 5 est doté d’une ambulance et reçoit en moyenne 14 appels par année. Dans le secteur de Parent, on reçoit entre 70 et 100 appels par année, ça me semble suffisant. »

La réponse de l’Agence

Les personnes concernées sont en vacances à l’Agence de la santé et des services sociaux Mauricie, Centre-du-Québec, ce qui expliquerait qu’aucune réponse n’ai encore officiellement été envoyée à la BTAQ, hormis un accusé de réception de la plainte. L’Agence a quand même eu la gentillesse d’accorder une entrevue à L’Écho dans laquelle elle dévoilait que « Chaque année, nous évaluons la charge de travail en cours afin de prendre une décision relativement à la façon de desservir le territoire. Pour l’instant, des infirmières spécialisées qui peuvent dispenser des soins comme des points de suture sont en poste 24 heures par jour. » L’Agence a tenu à rappeler à la population qu’il était possible de s’adresser au commissaire régional aux plaintes pour signifier une anomalie dans le service. « Nous apporterons des mesures appropriées pour corriger la situation, votre plainte demeurera confidentielle », soutient l’agence. Le numéro pour joindre le commissaire est le 1-888-693-3606.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires