Méthode de travail douteuse

Par superadmin
Méthode de travail douteuse
Une débusqueuse

Le 30 novembre 2010, Alexandre Boivin, conducteur d’un débardeur à câble pour l’entreprise Services forestiers Atikamekw Aski, décède alors qu’il est entraîné entre l’arbre de transmission du treuil et le bâti de son véhicule en y effectuant une réparation. La CSST constate que la méthode de travail utilisée pour effectuer cette réparation mécanique sur le débardeur est dangereuse.

À la suite de cet accident, la CSST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête et rappelle aux employeurs leur responsabilité de s’assurer que l’organisation du travail et les méthodes et techniques pour l’accomplir sont sécuritaires, notamment en éliminant l’accès aux pièces en mouvement des véhicules moteurs.

Le travailleur est entraîné par l’arbre de transmission du treuil

Pour accomplir les travaux de récupération de bois brûlé, l’équipe de travail d’Aski est composée de deux travailleurs. Le premier, l’abatteur, fait l’abattage des arbres avec une scie à chaîne. Le second, l’opérateur du débardeur à câble, conduit le véhicule et y attache le bois récupéré à l’arrière à l’aide d’un système de câbles. Il transporte ensuite le chargement vers une zone d’accumulation appelée la jetée.

Le matin de l’accident, l’équipe de travail doit effectuer des travaux de maintenance sur le débardeur à câble. Afin de s’assurer que les réparations ont été effectuées adéquatement, le conducteur du débardeur démarre le véhicule. Constatant que le véhicule ne freine plus, il demande à l’abatteur de monter dans la cabine du véhicule pour actionner la pédale de frein. Alors que le moteur du véhicule est en fonction, le conducteur du débardeur monte dans le compartiment de la boîte de transfert et se penche au-dessus de l’arbre de transmission du treuil qui est en rotation. Soudainement, le moteur du véhicule s’arrête. L’abatteur constate que le conducteur du débardeur est coincé par ses vêtements entre l’arbre de transmission du treuil et le bâti du véhicule. Il est inanimé. Son décès est constaté à l’hôpital.

Une méthode de travail dangereuse

L’enquête a permis d’expliquer ainsi l’accident. D’abord, la méthode de travail utilisée pour purger le frein de la boîte de transfert est dangereuse pour les raisons suivantes : le travailleur a tenté de purger le frein de la boîte de transfert alors que le moteur du véhicule était en fonction et, par conséquent, l’arbre de transmission était en rotation. Cette façon de faire n’était pas nécessaire pour la réparation à effectuer puisque le travail peut être fait lorsque le moteur est arrêté.

De plus, pour atteindre la vis de purge, les plaques protectrices du compartiment de la boîte de transfert doivent être retirées. Compte tenu de la distance, le travailleur doit se placer dans le compartiment et se pencher au-dessus de l’arbre de transmission du treuil. La CSST constate que toute façon d’atteindre la vis de purge lorsque le moteur du débardeur à câble fonctionne est dangereuse. En effet, la rotation de l’arbre est un phénomène dangereux caractérisé par une force et une vitesse de rotation élevées.

La CSST exige que l’employeur s’assure du respect des mesures de sécurité entourant les travaux d’entretien et de réparation

À la suite de l’événement, la CSST a demandé à l’entreprise qui coordonne les travaux forestiers, Foresterie CHB ltée, de s’assurer que ses travailleurs et sous-traitants, dont fait partie l’entreprise Services forestiers Atikamekw Aski, respectent les mesures de sécurité entourant les travaux d’entretien et de réparation, telles que précisées dans son programme de prévention.

Mesures de prévention

Pour éviter qu’un tel accident ne se reproduise, la CSST rappelle à tous les employeurs l’importance de bien planifier, organiser, diriger et contrôler les opérations, notamment en identifiant et en corrigeant les problèmes à l’avance, en établissant les bonnes méthodes de travail, en s’assurant que les travailleurs les utilisent et en leur rappelant les mesures de sécurité qu’ils doivent prendre.

De plus, la CSST transmettra son rapport au Comité paritaire de prévention du secteur forestier afin que les représentants informent les employeurs de mettre en place des méthodes de travail sécuritaires pour tous les travaux d’entretien sur la machinerie forestière.

Dans le cadre de son partenariat avec la CSST visant l’intégration de la santé et de la sécurité au travail dans la formation professionnelle et technique, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, diffusera à titre informatif et à des fins pédagogiques le rapport d’enquête dans les établissements de formation qui offrent le programme d’études Abattage manuel et débardage forestier (5290). L’objectif de cette démarche est de supporter les établissements de formation et les enseignants dans leurs actions pédagogiques destinées à informer leurs étudiants sur les risques auxquels ils seront exposés et des mesures de prévention qui s’y rattachent.

Enfin la CSST a produit des outils de prévention à l’intention du milieu forestier, en collaboration avec ses partenaires, dont le guide Réparations mécaniques en forêt, disponible sur le site Internet de la CSST et dans les bureaux régionaux. Pour plus d’information sur la santé et la sécurité du travail, visitez le site Web de la CSST au www.csst.qc.ca.

Le rapport d’enquête de l’accident est disponible dans le site Web de la CSST : http://www.centredoc.csst.qc.ca/pdf/ed003867.pdf

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires