«Mémoire rouge» et «Reliques et passages»: nouvelles expositions au Musée des Abénakis

Par Joanie Mailhot

À compter du 15 novembre, le Musée des Abénakis, situé à Odanak, propose deux nouvelles expositions à voir, mais surtout à réfléchir.

Mémoire rouge

Réalisée par la Commission de santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL), «Mémoire rouge» fait la lumière sur l’histoire des pensionnats indiens au Québec, un épisode marquant l’histoire du Québec entre 1874 et 1996.

Des témoignages ont été réalisés par quelques pensionnaires, qui relatent leur expérience personnelle dans un film d’environ 20 minutes. Cette vidéo, qui constitue la première portion de l’exposition, représente le point central de «Mémoire rouge».

Cette facette permet aux visiteurs de mieux saisir l’impact que les pensionnats ont eu sur les individus et comprendre que les blessures vécues se perpétuent de génération en génération.

On estime à 150 000 personnes le nombre de Métis, d’Inuit et de Premières Nations ayant fréquenté un pensionnat indien. Cette exposition permet de mieux comprendre la nature des blessures, des pertes et de l’assimilation culturelle subies par les survivants et leur famille.

Pour leur permettre de bien camper la situation, trois zones sont présentées aux visiteurs, qui pourront en apprendre plus au sujet des enfants autochtones arrachés à leur famille en vue d’être envoyés dans des pensionnats. Les spectateurs pourront également en savoir davantage sur les sévices, autant psychologiques que physiques, soumis par ces enfants.

Avec «Mémoire rouge», l’institution muséale souhaite amorcer un nouveau dialogue avec l’ensemble des Premières Nations et des allochtones du Québec et du Canada, ainsi qu’un processus de guérison et de réconciliation avec le passé. En présentant une telle exposition, le Musée des Abénakis prend position, invitant les visiteurs à se questionner sur ce phénomène social.

L’exposition «Mémoire rouge» est présentée au Musée des Abénakis jusqu’au 20 avril 2014. Notons qu’elle a déjà été présentée trois fois, soit au Musée Huron-Wendat, au Musée amérindien de Mashteuiatsh ainsi qu’à l’hôtel Reine-Élizabeth de Montréal.

Reliques et passages

L’exposition «Reliques et passages», de l’artiste atikamekw Eruoma Awashish, explore le sacré et ses traces. À travers ses peintures et ses installations, la jeune artiste suggère un univers sacré, qui puise tant dans l’imaginaire autochtone que dans celui de la société occidentale.

Originaire d’Obedjiwan, née d’un père atikamekw et d’une mère québécoise, Eruoma Awashish aborde régulièrement le métissage et l’identité dans son travail artistique. L’exposition «Reliques et passages» ne fait pas exception, abordant la spiritualité et ses symboles, conjuguant les figures traditionnelles amérindiennes au bagage chrétien, parfois en concurrence, parfois en complémentarité. L’artiste témoigne du chemin parcouru dans une quête très personnelle du passé et du sacré pour offrir de nouvelles œuvres en guise de reliques.

L’exposition «Reliques et passages» est présentée au musée d’Odanak jusqu’au 16 février 2014.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires