Marc Villeneuve impressionne en musique

Par Francine Beaupre
Marc Villeneuve impressionne en musique
Marc Villeneuve. (Photo collaboration spéciale)

Grâce à sa symphonie « Visions fugitives de l’Arctique », le compositeur Marc Villeneuve, latuquois d’adoption, s’est distingué parmi près de 300 concurrents lors du concours international IBLA Grand Prize qui se tient à Ragusa en Italie depuis maintenant 20 ans. En plus d’être lauréat, on lui a remis le titre de « musicien distingué ».

Seul concurrent à avoir présenté une symphonie complète, Marc Villeneuve voulait sensibiliser le public en général à la dégradation de l’Arctique. Selon lui, la musique constitue un moyen exceptionnel pour le faire. En raison de la grande complexité liée à l’écriture d’une symphonie, cette forme de composition est plutôt délaissée de nos jours. Ce concours est très reconnu mondialement. Il regroupe des musiciens et des compositeurs professionnels pour la plupart. « Cette symphonie est ma cinquième. J’étais prêt à entreprendre cela », nous confiait M. Villeneuve. Évidement, il ressent une grande fierté de cette reconnaissance internationale. « Les juges proviennent de partout dans le monde et faire l’unanimité est très complexe », expliquait-il. Compositeur autodidacte, il s’est mesuré à des gens ayant été formés en composition. « Je n’ai pas réalisé tout de suite l’ampleur de ce prix », soulignait-il. À présent, après quelques jours, il constate qu’une nouvelle porte s’ouvre à lui.

Composer une symphonie demande énormément de travail. « J’ai mis deux ans à raison de près de dix heures par jour pour la composer et, à l’aide d’un logiciel, créer la bande audio. Comme c’est une composition pour grand orchestre symphonique, le travail a été ardu », nous mentionnait le lauréat.

En arrêt de travail pour raison de santé, Marc Villeneuve s’est soigné l’âme avec sa musique. Né en 1956 à Trois-Rivières, Marc Villeneuve pratique le droit à La Tuque. Il a commencé l’étude du violon à l’âge de cinq ans et dès l’âge de onze ans, il se produisait à titre de soliste avec l’Orchestre symphonique de Québec. « Il débuta l’étude de l’harmonie, du contrepoint et de la composition à douze ans et déjà, à la même époque, exécutait ses propres œuvres en récital », peut-on lire sur son site internet www.violinistcomposer.com . Il a déjà interprété les concertos de Jean Sibelius et de Niccolo Paganini sous la direction du très connu Pierre Dervaux. Taras Gabora et Vladimir Lancman ont été ses professeurs de violon.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires