Les conseils municipaux s’inquiètent

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Les conseils municipaux s’inquiètent

ROUTE. Le conseil d’agglomération de La Tuque n’a pas tardé à réagir au déclassement de niveau 1 à niveau 2 de la route 155 nord par le ministère québécois des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports.

«Le passage du niveau d’entretien 1 au niveau 2 vient abaisser les normes applicables notamment quant à la fréquence de son déneigement et la largeur nécessaire de son entretien», peut-on lire dans la résolution adoptée par le conseil d’agglomération.

Le conseil craint les risques directement liés à un entretien moindre, lui qui considère «inconcevable qu’une telle mesure soit appliquée en fonction des moyens administratifs du Ministère au détriment de la sécurité de ses usagers».

Le conseil déplore également qu’au moment de l’octroi du contrat d’entretien de la route 155 nord pour l’hiver 2016-2017, Ville de La Tuque n’a pas été consultée à propos de tels changements. Une copie de la résolution a notamment été envoyée à la ministre Julie Boulet et au premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

La Bostonnais

Le maire de La Bostonnais, Pierre-David Tremblay, a rapporté que son conseil municipal a réagi, lui aussi, au cours de sa dernière assemblée publique. La modification touche une bonne partie de son territoire. Des questions de transport scolaire, de cueillette des ordures et relatives aux usagers de la route font en sorte que ce déclassement est inconcevable, selon les élus de l’endroit.

«Déclasser du niveau 1 à 2 ne me rassure pas, surtout en raison du fait qu’on a 50 km dans ce secteur et que nous assurons  la cueillette des ordures dans un secteur de 30 km. Si c’est moins dégagé, ça va devenir un problème», craint-il.

À titre d’exemple, il s’explique mal comment le camion affecté à la cueillette des ordures va réussir à arrêter à chacune des entrées, si la route n’est pas convenablement dégagée.

Dans le secteur du Lac-St-Jean, on rapporte que le premier ministre Philippe Couillard est personnellement intervenu en décembre 2015 afin de faire renverser la situation au niveau de la route 169. Selon Radio-Canada, le ministère québécois des Transports avait décidé de limiter l’entretien de la route dans les secteurs d’Hébertville et de St-Henri-de-Taillon en raison d’une baisse d’achalandage. La décision avait créé un véritable chez les élus du Lac-St-Jean. Au niveau politique, on espère vivement que Transport Québec va aussi rebrousser chemin en ce qui concerne le déclassement de la route 155 nord.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires