Les animaux exotiques

Par melissa_blackburn
Les animaux exotiques

Vous trouverez ici des informations par rapport aux soins de base à apporter aux animaux tels que le furet, le lapin, le chinchilla, le hamster et les oiseaux. Je parlerai également de quelques conditions que l’on rencontre fréquemment chez ces derniers. Par contre, vous comprendrez que je ne peux couvrir toutes les maladies. De plus, si jamais vous voulez plus d’informations en ce qui concerne une espèce que ce soit un rongeur, un reptile ou un oiseau, passez à la clinique et nous essaierons de vous renseigner sur cette espèce.

Finalement, dans la section des oiseaux, la moulée dont je parle pour l’alimentation peut être trouvée chez votre vétérinaire.

LE FURET – Animal domestique depuis les années 70, il est devenu rapidement, très populaire – Carnivore ; attention à l’instinct prédateur ; non compatible avec les petits mammifères et avec les enfants de moins de 6 ans (60 cas d’attaques non-provoquées rapportées chez des enfants).

CARACTÉRISTIQUES ANATOMIQUES – Glandes sébacées ; retrouvées sur tout son corps, responsables de son odeur musquée ( qui même avec des bains ne disparait pas) – Espérance de vie jusqu’à 10 ans (mais un furet de 5-6 ans est considéré vieux)

DIÈTE – Carnivore comme le chat, mais les diètes félines contiennent trop de fibres, ce qui peut faire des selles mal formées, donc non recommandé – Proies entières congelés – ATTENTION au sucre ; adore le sucre, mais peut causer des pancréatites (trouble du pancréas) – Moulée de bonne qualité devrait contenir ; protéines (30-35%), matière grasses (15-20%), relativement faible en fibres (moins de 2 %) – Avoir de l’eau en permanence – Laxatone contre les boules de poil

ENTRETIEN – Litière ; non-agglomérante est conseillée car diminue les risques d’impaction – Mettre deux litières ; une dans la cage et une autre dans la maison – Bain ; possible, mais pas plus d’une fois par mois. -Taille de griffe à faire régulièrement

Cage et la maison; – Aime les cachettes (boite, linge, serviettes) – Comportement de nature destructeur ; protéger vos meubles, les fils électriques – Ont tendance à avaler tout ce qu’il trouve ; corps étranger fréquent nécessitant une chirurgie

MALADIES FRÉQUENTES – Corps étranger – Maladie hormonale en vieillissant ; très fréquente, perte de poil rencontrée

Recommandation ; -Vaccination contre la rage s’il va dehors

LE LAPIN -Animal demandant beaucoup d’attention (entretien, préparation de la nourriture)

CARACTÉRISTIQUES ANATOMIQUES – Vit entre 7 à 10 ans – Pas de coussinet plantaire (souvent problème de pattes reliés) – Espèce très territoriale – Dent en croissance continue – Ne peut pas vomir

DIÈTE – Très sensible au niveau des changements alimentaires ; le faire de façon progressive

1 – Doit contenir ; du foin (élément le plus important) – favorise l’usure normale des dents, améliore le transit digestif, aide à la digestion. Idéal ; foin des prés ou foin de céréales. ATTENTION ; La luzerne et le trèfle sont plus élevés en protéines et calcium et augmentent les risques de calculs urinaires.

2 – Légumes ; importants, offrir 1 tasse de légumes par kg de lapin par jour ; brocoli, céleri, carotte, piment, persil, feuille de céleri.

3 – Fruits ; 1 cuil. à table par kg de lapin par jour ; pomme, orange, pêche, poire, ananas, fraise, mangue.

4- Moulée commerciale ; souvent trop riches en protéines et en gras… Faire attention. Idéalement doit contenir ; un minimum de 18% de fibres, maximum de 2,5% de gras, un maximum de 16% de protéines, et maximum de 1% de calcium **Si votre lapin est nourrit principalement de légumes, foin et fruits, la moulée n’est pas essentielle. Par contre, si c’est le principal élément, faire attention à l’embonpoint, les problèmes de transit digestif et surcroissance dentaire.

5- Plantes sauvages ; comme supplément et enrichissement comportemental ; pissenlit, merisier, pommier, feuilles de framboisiers.

6- Suppléments et gâteries ; pas nécessaires et même dommageables.

7- Eau ; toujours disponible, nettoyer les abreuvoirs à chaque jour.

ENTRETIEN – Ne tolère pas les températures de plus de 28 C – Fournir de l’ombre lorsqu’il va à l’extérieur. – Ne pas garder un lapin 24h / 24 en cage, car il a besoin d’exercice. Le manque d’exercice peut favorise un grand nombre de problème de santé. – Attention au plancher grillagé ; car peut prédisposer des problèmes de pieds – Enclos d’exercice portable qui peut être transporté d’une pièce ou à l’extérieur. – Ne pas le laisser seul ; attention au fil électrique et plantes – Litière ; ne pas utiliser de copeaux de cèdre ou pin ; car libèrent des composés irritant pour les voies respiratoires. Utiliser plutôt les copeaux de tremble, de la paille ou du papier recyclé. Peut être entrainé à aller dans une litière (ne pas utiliser de litière à chat) – Fournir des abris, des cachettes – La cohabitation est très difficile, car très territoriaux

MALADIES FRÉQUENTES – Malocclusion dentaire très fréquente ; pas assez de fourrage – Abcès dentaire – Impaction intestinale ; souvent lorsque diète trop faible en fibre – Selles molles fréquentes ; augmenter le niveau de fibres, introduire graduellement des légumes dans sa diète – Tumeur ; utérus, pyomètre – Pierres dans la vessie ; souvent reliés à un taux de calcium trop élevés dans la diète

LE CHINCHILLA

CARACTÉRISTIQUES ANATOMIQUES – Animal plus actif à la tombée du jour – Élevé pour la fourrure – Longévité ; moyenne de 10 ans, mais peut aller jusqu’à 20 ans ! – Dents poussent continuellement ; teinte orangée (salive orange)

ENTRETIEN – Cage ; spacieuse, idéalement à étage – Fournir des cachettes – Attention au coup de chaleur ; si supérieure à 28 C – Bain de sable (sable de silice) ; essentiel, disponible 3 à 4 fois par semaine, mais ne pas le laisser en permanence, changer le sable lorsqu’il est souillé

DIÈTE -Riche en fibres (15-35%) – Attention au changement alimentaire ; y aller progressivement

1 – Moulée commerciale pour chinchilla ; une à deux cuillerées à soupe par chinchilla

2- Foin ; essentiel, surtout foin de graminés (en bloc) ; donner à volonté

3- Légumes riches en vitamine C ; persil, feuille de betterave, épinard, piment, brocoli, tomate

MALADIES FRÉQUENTES – Malocclusion dentaire (souvent héréditaire) – Ballonnement ; ne peuvent pas vomir, souvent associé à un changement alimentaire trop rapide – Constipation ; augmente le pourcentage de fibres progressivement – Maladies respiratoires – Alopécie comportementale

LE HAMSTER

CARACTÉRISTIQUES ANATOMIQUES – Nocturne, solitaire – Longévité très courte ; 1-2 ans – Pas très robuste ; sensible aux changements dans la diète et d’environnement

ENTRETIEN – Cages grillagées (espace entre les barreaux moins de 1 cm) – Eau en bouteille, changée à tous les jours – Roues et balles d’exercice (attention au blessure) – Litière à base de cèdre et pin ; irritation des voies respiratoires possible – Litière de tremble ou de papier recyclé

DIÈTE – Moulée commerciale (80% de la diète) – Céréales, nouilles, fruits, légumes

MALADIES FRÉQUENTES – Alopécie (plusieurs causes possibles)

LES OISEAUX

Vous trouverez les caractéristiques principales par espèce et trouverez ensuite l’alimentation selon l’espèce

PERRUCHE ONDULÉE ; – Longévité de 7-10 ans – Points positifs ; facile à apprivoiser, robuste, les mâles peuvent parler, ne crie pas très fort, peu destructeur – La cire du bec du mâle est bleu et celle de la femelle varie du beige rosé au brun.

PERRUCHE CALOPSITTE (cockatiel) ; – Longévité de 7 – 10 ans – Facile à apprivoiser, les mâles siffles (les femelle peu ou pas), peu destructeur, produit beaucoup de poussière de plumes

CANARIS / PINSONS – Longévité de 10-15 ans – Bon oiseau de cage, actif, chant ou gazouillement agréable, apprivoisement limité pour le canaris

ENTRETIEN – La cage doit être plus longue que haute (les oiseaux ne sont pas des hélicoptères !), et doit permettre l’extension des ailes sans contact avec les parois de la cage – Cage ; largeur et longueur 2 x la distance des ailes étendues / hauteur ; 2 longueur de l’oiseau de la tête à la pointe de la queue – Gravier non recommandés ; augmente les risques d’obstruction – Idéalement ; mettre essui-tout ou papier journal – Jouets ; essentiels pour les perruches, cockatiels ; minimum de 3 en tout temps et rotation périodique

DIÈTE ***Pourquoi certains oiseaux refusent-ils tout aliment autre que leur graine, alors qu’à l’état sauvage elles ne font même pas partie de leur diète ? – Le fort pourcentage de gras dans les graines produit une poussée d’énergie. Les oiseaux développent une dépendance pour ces graines et si on les prive, ils deviennent déprimés et feraient tout pour se procurer une graine ! ***

Perruches / Cockatiel

1- Moulée de haute qualité (60-80% de la diète) ; Lafeber (avicakes, nutriberries), en forme de granule

2- Graines (20-40% de la diète) (attention aux mélanges contenant des graines de tournesol pour le cockatiel car ce dernier devient très friant, trie sa nourriture et ne voudra plus manger que des celles-ci. Cela augmentera ses risques de devenir obèse et développer des déficiences.

3- Reste de la diète (5-10%)

Légumes, fruits ; légumes préférables aux fruits (jaunes ou oranges et les verts foncés). La laitue iceberg et le céleri sont peu nutritif. Les figues, framboises, papayes, cantaloups, abricots, mangues sont préférables aux pommes, raisins ou oranges, car contiennent plus de vitamine A.

Les pâtes, riz brun, fèves ou céréales sont d’excellent choix. ** Avocat est TOXIQUE !**

Canaris / Pinsons

1- Graines (50% de leur diète)

2- Moulée de haute qualité, des fruits et légumes, des insectes devraient constituer l’autre 50%

CHANGEMENT DE NOURRITURE

Après avoir lu ces recommandations, vous venez peut-être de vous rendre compte que votre oiseau ne mange pas ce qu’il devrait pour ses besoins et cela pourrait entrainer à la longue des problèmes de santé graves. Alors voici des conseils afin de faire un changement alimentaire

1- Concept de base ; les oiseaux n’acceptent pas facilement la moulée ou tout autre aliment nouveau. Non pas parce que cet élément ne goute pas bon, mais bien parce qu’ils ne reconnaissent pas ce nouvel aliment comme une source de nourriture. S’il n’en mange pas après quelques jours, ne concluer pas qu’il n’en mangera jamais !

2- Techniques de conversion – Nourrir 2 fois par jour ; débuter en mélangeant 10% de moulée au mélange de graines – Offrir la mixture 30-60 minutes le matin et le soir. – Le reste de la journée ; laisser dans la cage de la moulée, des fruits et légumes – Augmenter graduellement le % de moulée par rapport au % de graines.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires