Le symbole de la prise en main des gens du Lac

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Le symbole de la prise en main des gens du Lac

COMMUNAUTÉ. Deux ans après l’ouverture de son magasin général, la Coopérative de solidarité Lac-Édouard incarne plus que jamais un exemple convaincant de réussite et de prise en main d’une collectivité.

Mise sur pied en 2009, elle compte actuellement le nombre impressionnant de 271 membres, soit une centaine de plus que le nombre de résidants permanents du village.

À l’époque de son implantation, la Coopérative de solidarité Lac-Édouard avait pour objectif de servir de levier pour le développement économique de la petite municipalité. Des années de labeur ont conduit à la construction du bâtiment abritant le magasin général et un centre de valorisation écotouristique.

«On est parti de rien, avec seulement quelques petites subventions, au début», rappelle Yvon L’Heureux, président de la coopérative. Rapidement, celui-ci a croisé sur son chemin des gens et des organismes qui ont cru au projet. Le projet de 748 000 $ a pu voir le jour avec des aides financières de diverses provenances. Aussi, des bénévoles ont fourni temps et argent, des entrepreneurs se sont engagés à faire des dons en argent et en matériel, puis, on a vendu des parts sociales. La municipalité s’est aussi impliquée.

« Notre PIB à Lac-Édouard, ce sont nos personnes impliquées bénévolement » avait-il certifié, à l’époque.

«Yvon a tout le temps dit : on ne s’endettera pas», ajoute Sonia Cloutier, membre du conseil d’administration de la Coopérative. Avec l’aide de nombreux organismes, mais surtout de bénévoles, il devenait possible d’ériger le bâtiment jaune très attendu.

Bel exemple d’implication raconté par Yvon L’Heureux : au moment de construire l’édifice, l’entrepreneur responsable de la charpente présente une soumission de 18 000 $. Deux semaines plus tard, il revient sur sa parole… pour offrir de le faire bénévolement. D’autres entreprises ont également fourni des efforts pour aider le projet à naître sans coûts exorbitants.

Peinture, boiseries, escalier, voilà quelques exemples des travaux également accomplis bénévolement par des gens de la place.

Ouvert de 8 h 30 à 21 h, le magasin général offre de l’essence, des produits alimentaires, de quincaillerie et de plein air, avec la complicité de fournisseurs de La Tuque.

Avec ses 7 employés, incluant le parc écotouristique également sous la gouverne de la Coopérative de solidarité, elle opère avec un chiffre d’affaires de près de 700 000 $.

L’objectif est de donner des services de proximité aux gens de Lac-Édouard. «Il y a des articles qu’on pourrait vendre beaucoup plus cher, mais pour nous, la priorité, c’est d’offrir des services à notre population. Si je prends l’essence, quelqu’un va venir ici et si c’est 5 cents de plus que La Tuque il va quand même faire le plein. On s’est donné comme stratégie 2 cents de plus que La Tuque», poursuit le président.

Les bénévoles se sont beaucoup impliqués et ont mis une somme considérable d’énergie.

«On n’a pas juste attendu les autres, on s’est pris en main. On sait ce que c’est, de faire des plans d’affaires et c’est beaucoup de travail. On a démontré qu’on y croyait à notre projet et les gens ont embarqué», conclut M. L’Heureux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires