Le souvenir des disparues est toujours présent

Par superadmin
Le souvenir des disparues est toujours présent

POLYTECHNIQUE. Il y a 25 ans ce 6 décembre, survenait la tragédie de l’École Polytechnique de Montréal, qui avait fait 14 victimes, dont la Latuquoise Annie St-Arneault.

Aujourd’hui, à La Tuque comme ailleurs, au Québec, tout le monde se souvient.

«Ce drame humain, sans aucune mesure avec ce que nous avions connu comme société, stigmatisait à jamais les familles et les proches des victimes. Dorénavant, nos communautés vivront avec le souvenir de ce crime violent où 14 femmes étaient tuées par un jeune homme en possession d’une arme semi-automatique», disait Lise St-Denis, députée de St-Maurice-Champlain.

«Le 6 décembre est l’occasion de réfléchir à cette violence faite aux femmes, mais également aux moyens que nous privilégions pour l’endiguer. Nous continuons d’investir dans la répression au détriment de la réhabilitation. Nous persévérons dans notre négation des injustices sociales. Nous acceptons que des centaines de jeunes femmes autochtones disparaissent sans mot dire si ce n’est des plaintes de leurs proches qui sont entendues au nord, mais pas au sud. Prenons un instant pour nous interroger sur les moyens de réduire cette violence qui nous entoure et sur notre capacité de construire un monde plus sécuritaire pour tous» a-t-elle poursuivi.

33 députées féminines de l’Assemblée nationale ont rendu hommage, ce jeudi, aux victimes de cet épouvantable drame. Parmi elles, la députée de Laviolette, Julie Boulet, a parlé de l’incompréhension découlant de cette tragédie, survenue au Québec, pourtant reconnu comme une société, prospère, tranquille, progressiste et parmi les plus égalitaires de la planète. «Et on apprendrait plus tard que le tueur avait dans sa mire une quinzaine d’autres Québécoises connues et influentes», rapportait aussi Mme Boulet à l’Assemblée nationale.

«Elle se voyait partir en Afrique et travailler en coopération internationale avec son frère Serge, qui lui aurait fait découvrir son monde », racontait la députée Agnès Maltais, à propos d’Annie St-Arneault.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires