Le message de Pierre Pacarar dans l’Infotuk

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Le message de Pierre Pacarar dans l’Infotuk
Pierre Pacarar. (Photo L'ÉCHO archives)

L’Infotuk est le journal quotidien de l’usine Smurfit-Stone et il fait état des statistiques de production et concernant la sécurité chaque jour, en plus de diffuser différents messages pour les travailleurs de l’usine. Voici le message intégral du directeur Pierre Pacarar dans l’édition du lundi 19 juillet dernier.

«Depuis le 1er juillet 2010, la compagnie a entamé sa procédure de sortie de la LACC. De plus, il y a eu plusieurs rumeurs sur la vente de La Tuque ou de Matane mais il n’en est rien. Par contre, depuis le 1er juillet 2010, l’usine de La Tuque fait la manchette interne dans la compagnie et ce, en raison des très mauvais résultats de production laissant ainsi un goût très amère dans la bouche du corporatif alors que nous essayons d’être plus compétitif sur le marché.

 

Plusieurs employés croient que nos machines et produits sont irremplaçables pour nos clients et que ceci nous donne une position de quasi monopole. La réalité est bien différente. Bien que nos clients apprécient nos produits, ils utilisent quotidiennement ceux de nos compétiteurs. En effet le White Top de la 3 est fabriqué sur deux machines à West Point. De plus, l’une de ces machines produit du brun nous laissant ainsi du WT à produire. Il est vrai que West Point n’aime pas le 127, mais ce grade est très peu utilisé en Amérique du nord. Dans notre cas nous le fabriquons surtout pour des clients en Europe afin de remplir la machine car sinon il y aurait des trous dans nos commandes. Le couché est un grade produit par plusieurs compétiteurs que ce soit Kemi en Finlande ou des produits tels que le carton fabriqué à Jonquière par Cascades ou au Témiscamingue par Tembec. Là encore les usines de boîtes favorisent les produits de La Tuque, mais ils leur seraient très faciles de fabriquer leurs boîtes avec les cartons de nos compétiteurs. C’est le cas pour le carton résistant à la graisse qui peut être fait par n’importe quelle machine ayant une presse encolleuse.

 

Du côté de la machine # 4, la substitution est encore plus facile. Il existe plusieurs machines en Amérique du nord (IP, Mead, Clearview, GP, etc.) qui fabriquent tous nos grades en plus de faire du carton alimentaire couché. Pour mal faire, Mead a deux machines à gobelet de fermée au Texas qui pourraient facilement être redémarrée. Pour SSCC, la perte de cette business ne serait pas très importante car le carton alimentaire n’est réellement pas dans son créneau.

 

C’est bien plus au niveau de l’équipe locale que la volonté d’innover existe. C’est grâce à ces efforts que nous avons pu nous tailler une place dans notre marche. Par contre, comme vous pouvez le constater, nous n’avons pas l’exclusivité dans aucun de nos marchés et nous sommes malheureusement facile à remplacer.

 

Soyons prudents»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires