Le cheval comme moyen de développement

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Le cheval comme moyen de développement

À Clova, tout le monde connaît Ti-My (prononcer Ti-Maille), le cheval utilisé par la Coopérative du 8e feu. Il est arrivé Clova à l’automne 2014 pour les fins de ce projet. On l’utilise pour la livraison des arbres. Pourquoi opter pour un cheval par rapport à des véhicules plus « conventionnels » ?

« L’avantage du cheval est qu’il marche dans un sentier étroit et peut enjamber les obstacles, il est aussi plus sécuritaire que le VTT. Nous avons les chevaux, donc avons préféré investir dans l’attelage plutôt que le VTT qui aurait coûté plus cher. Bien sûr la logistique rattachée à l’utilisation du cheval est plus complexe; on ne peut pas juste tourner la clé ! Mais son coût d’utilisation est beaucoup moindre, on peut avoir 5 chevaux sur le terrain pour le prix d’un VTT. Les travailleurs portent beaucoup d’admiration pour leur collègue Ti-My qui ne cesse d’aller et venir afin de réduire leurs efforts, tout le monde garde une pomme pour lui ! De plus les chevaux sont polyvalents, on fait du bois de chauffage, des éclaircies commerciales, de l’agriculture et du loisir. Cette année la coopérative va reboiser 330 000 arbres et débroussailler près de 250 hectares », souligne Pierre Audette, originaire de Lachute, qui réside à Clova depuis 2000.

« Tout le monde est fasciné par l’utilisation des chevaux dans notre projet. Surtout chez les Attikameks, on dirait que les chevaux font encore davantage partie de la nature que le multifonctionnel. Le cheval, jadis , on l’utilisait pour faire le transport du bois mais là, on a trouvé une autre fonction, on l’utilise pour faire du reboisement », ajoute M. Audette.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires