Le CAALT honoré par ses pairs

Par Francine Beaupre
Le CAALT honoré par ses pairs
La directrice générale Christine Jean pose en compagnie d'Aimée Payette et de Pisimw Quoquochi du CAALT et d'Édith Cloutier

Le Centre d’amitié autochtone de La Tuque (CAALT) a reçu un prix d’excellence lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association nationale des Centres d’amitié (ANCA) le 25 juillet dernier. Une reconnaissance nationale qui a été reçue avec gratitude par l’équipe du CAALT.

«Le prix d’excellence nous a été décerné pour l’ensemble de nos programmes. On est vraiment fiers de cette reconnaissance», mentionne Christine Jean directrice générale du CAALT. «Depuis les quatre dernières années, nous avons réorganisé le centre pour éviter d’être dans une situation précaire. Ce fut beaucoup de travail, on a fait des choix difficiles, mais ça valait la peine. On a laissé tomber des choses, on en a ajouté d’autres. On a eu une augmentation significative de l’achalandage au centre. Depuis la restructuration, soit dans les trois dernières années, nous avons donné environ 12 000 services par année», précise Mme Jean.

D’ailleurs, le CAALT a sur la table, un projet de rénovations majeures à l’édifice de la rue St-Antoine. «C’est un projet de 1,1 M$ et nous avons déjà plus de la moitié du financement de trouvé. Il est probable que nous nous départirons de l’édifice du lac St-Louis pour conserver celui du centre-ville qui est beaucoup plus accessible et répond mieux à nos besoins», estime la directrice générale.

La mission des centres d’amitié c’est d’améliorer la qualité de vie des citoyens autochtones dans les villes, de promouvoir la culture et de faciliter le rapprochement entre les peuples. La directrice générale soulignait fièrement que plusieurs bonnes choses se sont faites. On n’a qu’à penser à la collaboration du CAALT à l’organisation de l’accueil des cyclistes du Grand Défi Pierre Lavoie cet été. Le CAALT avait permis à des danseurs de Wemotaci de se joindre à ceux de La Tuque pour faire une haie d’honneur aux cyclistes en leur offrant le transport depuis la communauté.

Cette collaboration entre deux peuples avait permis de réserver un accueil exceptionnel à ces cyclistes de partout en province. On sait que la majorité d’entre eux ont fait l’éloge de l’accueil qui leur a été réservé par la population de La Tuque à ce point que la ville s’est vu remettre 25 000 $ pour avoir été la ville la plus accueillante. «Ce fut l’émotion la plus intense que j’ai vécue depuis que je suis au CAALT. On a montré au Québec entier qu’à La Tuque, on est capable de cohabiter et de collaborer à faire de grandes choses», jubilait Mme Jean.

Notons que le CAALT à la chance d’avoir un financement récurrent, ce qui n’est pas nécessairement le cas des 119 centres d’amitié répartis au pays. Par contre, ce financement est demeuré le même depuis 1996.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires