La vieillesse chez le chien et le chat

Par melissa_blackburn

Votre chat et votre chien sont considérés gériatriques à partir de 7 ans. Que ce soit un petit shih tzu de 15 lbs ou un labrador croisé de 60 lbs, ces deux chiens sont considérés vieux au même âge. Évidement, le shih tzu aura une espérance de vie plus longue, mais cette moyenne de 7 ans, amène des changements au niveau des articulations, de la masse musculaire, du métabolisme et du cerveau.

Diminution du niveau d’activité et douleurs articulaires

Alors qu’il était encore jeune, Fido pouvait prendre des marches d’une heure et en arrivant à la maison, celui-ci en redemandait ! Pourtant, maintenant il a de la difficulté à vous suivre plus de 20 minutes !

Plusieurs changements se produisent et sont reliés à la vieillesse, il y a la perte musculaire et l’arthrose au niveau des articulations. Ces changements rendront certaines activités physiques plus pénibles pour le chien et le chat. C’est par contre plus difficile à remarquer chez le félin, car il ne démontre pas autant son inconfort ou sa douleur comparé à son ami canin. Des signes tels que monter difficilement sur le lit ou les comptoirs, dormir plus souvent et diminuer ses déplacements vers la litière peuvent indiquer que votre chat souffre de douleurs aux articulations. Aidez-le en mettant la litière au même étage que ses bols d’eau et de nourriture. Que ce soit pour le chien ou le chat, des nourritures vétérinaires supplémentées en glucosamine sont recommandées pour soulager votre compagnon.

Il y a également certains problèmes cardiaques qui pourraient entraîner des signes similaires. L’animal est moins tolérant à l’exercice et il dort plus souvent. En plus la toux peut parfois accompagner les problèmes cardiaques.

Finalement, lorsque vous remarquerez que votre chien a vraiment de la douleur, des anti-inflammatoires pourront lui être prescrits afin d’améliorer sa qualité de vie pour les derniers mois passés avec vous.

Problèmes métaboliques

Le diabète ainsi que l’insuffisance rénale peuvent apparaître à un certain âge autant chez le chien que le chat. Les signes les plus évidents de ces deux maladies sont une augmentation de la consommation d’eau ainsi que des urines plus fréquentes ou en plus grosse quantité.

Comme chez l’humain, l’obésité prédispose le chat et le chien à développer le diabète. La maladie se traitera avec une cédule d’injection d’insuline chez la majorité des patients. Il existe également des hypoglycémiants oraux chez le chat. De plus, une nourriture spécialement conçue pour le diabète lui sera prescrite.

Pour ce qui est de l’insuffisance rénale, la majorité des animaux sont malheureusement présentés chez le vétérinaire lorsqu’ils commencent à avoir des symptômes, tels que : le vomissement, la perte de poids et la perte d’appétit. À ce moment là, les reins auront perdu 75% de leur fonction.

Finalement, la glande thyroïde peut avoir des dérèglements avec l’augmentation de l’âge de votre animal. Le chien pourra développer de l’hypothyroïdisme et son métabolisme en sera donc diminué. Une prise de poids sans augmentation de l’apport en nourriture, un animal plus tranquille, des problèmes de peau qui récidivent et le poil qui ne repousse pas après une tonte sont des symptômes qui peuvent suggérer l’hypothyroïdisme. Cette maladie se traite facilement et est relativement peut coûteuse.

De son côté, le chat pourra développer de l’hyperthyroïdisme. Le métabolisme est alors augmenté. Ainsi il se peut qu’il boive et urine plus, qu’il ait un gros appétit mais restera mince, qu’il soit plus actif, qu’il miaule plus ou encore qu’il se lèche de façon excessive. Tous ces signes peuvent indiquer qu’il souffre d’une glande thyroïde hyperfonctionnelle. Tout comme l’hypothyroïdisme chez notre ami canin, l’hyperthyroïdisme se traite bien avec de la médication.

Ce qu’il faut retenir de toutes ces maladies, c’est que la prévention demeure le meilleur moyen de garder avec nous nos animaux le plus longtemps possible. En effet, une prise de sang annuelle pourra détecter des maladies avant que votre animal en démontre les signes. Les gens sont souvent étonnés lorsque je diagnostique ces pathologies et me disent souvent que la semaine précédente ou même la veille, leur chien ou leur chat allait bien ! Dites-vous que la maladie arrivera progressivement la majorité du temps et que votre animal n’aura pas de symptômes apparents jusqu’à temps qu’il ne puisse plus en cacher les conséquences et qu’il ne se sente pas bien. Par exemple, le fait d’uriner et de boire plus souvent, augmente tranquillement et c’est plus difficile pour vous de vous en apercevoir parce que vous êtes en permanence avec votre animal. Bref, l’analyse sanguine demeure votre meilleur moyen pour ‘’sauver’’ votre animal à temps!

La sénilité

Des changements surviennent également au niveau du cerveau. Certains animaux peuvent devenir désorientés, avoir des troubles du sommeil et du comportement (agressivité, moins tolérant aux manipulations), devenir sourd ou aveugle ou même devenir incontinent. Malheureusement, il n’existe pas de traitement miracle à ces changements neurologiques. Nous devons en vivre les conséquences jusqu’à que sa qualité de vie ainsi que la vôtre soit affectée et qu’il ne soit plus possible de vivre comme ca. Alors viendra le jour ou vous devrez prendre une décision.

La seule chose que je veux développer à ce propos est la fausse illusion que les gens ont en ce qui concerne la mort des animaux. Nous avons souvent l’image que nous nous lèverons un matin et que nous découvrirons notre chien ou notre chat roulé en boule sur son coussin décédé durant son sommeil. Cette idée est même rassurante pour certains. Parfois des clients nous appellent car ils croient que leur animal est bientôt sur le point de mourir et ils nous demandent des renseignements sur l’euthanasie et finalement ils nous disent qu’ils aiment mieux que Fido ou Minou meurt tout seul à la maison.

Mon rôle de vétérinaire est de vous dire que c’est une erreur car environ de 5 à 10% des animaux meurent paisiblement, mais le reste n’ont pas des belles morts. En effet, ils ne se sentiront pas bien et un organe peut même défaillir et entraîner des douleurs importantes. Certains vont même crier, miauler ou hurler car ils se sentent désorientés ou apeurés. Alors vous vous sentirez coupable d’avoir pensé que le meilleur pour eux était une mort naturelle.

En conclusion, le plus beau cadeau que vous pourrez leur offrir sera d’être euthanasié chez votre vétérinaire avec des drogues sécuritaires et en plus, des calmants peuvent même leur être administrés avant la procédure.

Dans ma prochaine chronique je vous parlerai en détails de l’euthanasie et des mythes associés à cette fin si repoussée et crainte.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires