La Pécheresse: des péchés qui se pardonnent bien

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
La Pécheresse: des péchés qui se pardonnent bien
Michaël Martineau et Marc-André Ayotte

BIÈRE. Les propriétaires de la microbrasserie La Pécheresse ont coupé officiellement le ruban devant leur établissement, ce lundi, marquant le début des activités de l’entreprise.

Déjà depuis quelques semaines, plusieurs amateurs de bière ont inauguré le commerce à leur façon en se rassemblant sur la terrasse, mais les promoteurs ont lancé de façon officielle la première microbrasserie de La Tuque.

Cinq produits sont offerts au pub de la rue St-Zéphirin et tournent autour des péchés capitaux auxquels il est difficile de résister. On retrouve les Luxure (blanche), Colère (India Pale Ale), Paresse, (blonde), Envie (rousse) et Gourmandise (noire).

Il y a une forte affluence depuis l’ouverture. «Nous accueillons beaucoup de touristes. Il y a des gens qui font des circuits de microbrasserie qui sont venus essayer nos produits. Des gens de Lanaudière, de Toronto, de Montréal », indique Michael Martineau.

«Il y a des gens pour qui c’était la 74e microbrasserie », poursuit Marc André Ayotte.

Comment les gens qualifient-ils les produits offerts par la jeune Pécheresse? «Ils sont très surpris, affirme M. Ayotte. On a notre permis depuis le 22 juin, on a commencé la production à ce moment-là, les gens sont surpris de voir un produit qui est bien balancé (…) les gens sont très ravis».

La distribution de leurs produits

S’ils se sont concentrés sur l’ouverture de leur pub, Michael Martineau et Marc André Ayotte indiquent qu’une annonce concernant les produits embouteillés pourrait être faite en septembre. « On attend nos étiquettes, on attend nos boites et on commercialise», annonce Marc-André Ayotte. Les dépanneurs et épiceries de la région pourront donc offrir les produits de la Pécheresse.

La première Pécheresse qui sera commercialisée en épicerie sera une blonde de tradition allemande, la Kolsch avec houblonnage accru après fermentation. «Ça donne des arômes d’abricots, un peu de conifères, une bière légère», laissent-ils entrevoir.

Déjà, quelques privilégiés ont pu goûter à la bière rousse « Le trip de chasse», brassée pour le Festival de chasse du Haut-St-Maurice. «C’est une Irish ale, très foncée, c’est très liquoreux, et c’est doux», évalue Marc-André Ayotte.

Outre les deux emplois à temps plein des propriétaires, la Pécheresse a créé trois emplois à temps partiel, vu la grande demande au cours de la saison estivale.

Aussi, les propriétaires ont fait une place, sur les murs de l’établissement, à la peintre Claudia Martel, qui y exposera ses toiles pour quelque temps. Ils indiquaient à TC Media leur souhait d’encourager les artistes locaux de cette manière.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires