Kevin Flamand: un Atikamekw en sports-études au Séminaire

Par Francine Beaupre

Étudiant au Séminaire St-Joseph de Trois-Rivières, le jeune Kevin Flamand cumule les succès, tant académiques que sportifs. Malgré son jeune âge, Kevin n’a que 13 ans, il s’aligne avec une formation de calibre M 15 de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS). Pour se rendre où il est, le jeune a travaillé très fort et a fait beaucoup de sacrifice.

«Kevin va super bien. Depuis 2 ans qu’il est parti de La Tuque, il améliore son hockey et ses notes scolaires sont excellentes», nous mentionnait fièrement son père Christian. «Il devait s’aligner avec les Estacades Bantam AA mais on a préféré qu’il aille au Séminaire St-Joseph. Il avait tellement travaillé pour améliorer ses notes afin de se rendre là», soulignait son père.

Dans le programme de hockey auquel il participe, on a décidé de surclasser le jeune joueur à cause de son talent. «Il était trop fort pour le Bantam. Sur la glace, il est rapide, il a une bonne vision du jeu, il gagne ses mises au jeu et c’est un bon passeur», expliquait M. Flamand. «Lors d’une partie dernièrement, des dépisteurs sont venus me voir pour me parler de Kevin. Ils croyaient qu’il avait 15 ans puisqu’il jouait M 15. Lorsqu’ils ont su son âge, ils m’ont dit qu’il le gardait dans leurs livres, car ils estimaient que Kevin avait un talent brut», ajoutait le père qui se dit très heureux de la tournure des événements pour son fils. Il aurait même discuté avec Gilles Lupien agent de joueur et Enrico Cicconne qui lui ont affirmé qu’ils suivaient l’évolution de Kevin avec beaucoup d’attention.

Seule ombre au tableau, le jeune joueur autochtone a subi un double échec et il a eu le poignet fracturé. «Le joueur a été suspendu et Kevin sera dans le plâtre pour 2 mois. Mais il poursuit quand même son entrainement avec son équipe pour ne pas perdre la forme», ajoutait Christian Flamand. «Kevin est très discipliné. Il sait que le mariage hockey et études doit être bien fait. Pour lui, avoir une excellente formation est aussi important que le hockey. Il est très mature et il vit son succès avec sérénité. On croit qu’il est à la bonne place pour progresser en hockey et dans ses études. Ils sont tellement bien encadrés qu’en tant que parents, on n’a aucune inquiétude. Avoir eu cette opportunité à cet âge là, j’aurais vraiment aimé ça», mentionnait le père qui précisait que sa conjointe et lui, de même que ses petites et grandes sœurs, étaient vraiment très fiers de Kevin. «Kevin peut être un exemple pour tous les jeunes, autochtones ou non», concluait Christian Flamand.

La LHPS est formée d’une dizaine d’écoles, dont le Séminaire St-Joseph. Chacune des écoles aligne plusieurs équipes de différents niveaux. L’entraineur de Kevin est William Dumais, anciennement de La Tuque et ancien étudiant au Séminaire. Cette ligue s’inspire du modèle américain des «Preparatory school», nous expliquait Charles Hébert, coordonnateur du sport au Séminaire. «Ce n’est pas un programme sports-études comme on l’entend habituellement. C’est plutôt un programme Études-sports. Les pratiques de hockey se font en dehors des heures scolaires. Si l’élève ne performe pas académiquement, il est retiré du hockey», tenait à préciser M. Hébert. Les équipes jouent de trois à quatre matchs par fin de semaine et à sa deuxième année d’existence, cette ligue attire de plus en plus de jeunes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires