Jason Philibert: un pro au naturel

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt

Grâce à une deuxième et une troisième position à des compétitions de l’Ultimate fitness event (UFE), le Latuquois Jason Philibert est devenu un professionnel de cette organisation qui prône des compétitions de musculature et de fitness sans drogue.

Le 17 mai 2012 à Montréal, l’homme qui aura bientôt 32 ans a obtenu la deuxième place sur une 15e de participants à sa première compétition en carrière.

Puis, le 10 novembre dernier, le Latuquois qui vit à Montréal-Nord s’est classé en deuxième position à Hamilton en Ontario.

Les participants doivent réaliser des poses musculaires, une routine originale, et la symétrie du corps est aussi scrutée par les juges. L’UFE est une organisation qui existe depuis près de 5 ans, et les participants doivent tous passer des tests antidrogues, contrairement à d’autres compétitions du genre.

« Je voulais être dans cette organisation pour éliminer tout soupçon sur moi, lance Jason. J’ai recommencé à m’entraîner il y a deux ans, et j’ai passé de 160 livres à 185 livres. Je m’entraîne, mais je fais beaucoup de cardio. Je ne lève pas seulement des poids. Je me trouve encore plus en forme comparativement à quand j’avais 25 ans. »

Plusieurs revues de mannequins et de culturistes ont fait des mentions des participants de l’UFE. Un des buts du Latuquois est d’apparaître en page une d’un de ces magazines. « Le 7 avril prochain, je participerai à l’open du Québec. Avec une bonne prestation à cette épreuve, ça pourrait déboucher sur quelque chose. Je vise le podium. »

Jason travaille dans un gymnase d’entraînement depuis un an, et il est entraîneur de fitness et de spinning. À plusieurs reprises, le Latuquois nous a mentionné sa fierté d’être « propre » dans ce domaine. « Je veux être musclé, mais je veux rester beau aussi. C’est d’allier la musculature, le cardio, et aussi le côté mannequin. Je veux garder ma shape naturelle. Avec les prestations sportives que nous avons à faire, il faut être athlétique. De mon côté, j’ai choisi de montrer mes talents en arts martiaux. C’est original parce que l’UFE n’avait jamais vu ça. C’était plutôt des prestations de boxeurs, de sauveteurs, ou de joueurs de différents sports comme le soccer. Je vais garder mon personnage qui tourne autour des arts martiaux, mais en variant toujours ma routine. »

Jason Philibert a été un des rouages importants de la première équipe de football juvénile des Vikings à faire son retour en 1997. En compagnie de son frère Samuel Philibert et de plusieurs autres éléments importants, les Rouges avaient fait leur marque dès la première saison. Samuel est policier depuis plus de 5 ans dans le secteur montréalais.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires