Industriels et chercheurs se donnent rendez-vous à La Tuque

Par Francine Beaupre
Industriels et chercheurs se donnent rendez-vous à La Tuque
Le bioraffinage de la biomasse forestière est une avenue prometteuse pour notre région.

BIORAFFINAGE. Le Consortium de recherche et innovations en bioprocédés industriels au Québec (CRIBIQ) tiendra son colloque les 6 et 7 mai prochain à La Tuque. Environ 70 personnes, industriels, représentants gouvernementaux, chercheurs et autres intéressés se réuniront à Place du Parc.

La venue d’un événement de cette envergure à La Tuque démontre bien que notre région est de plus en plus prise en considération dans le créneau du bio raffinage. «On veut être le leader dans le développement du créneau du bio raffinage de la biomasse forestière», explique Patrice Bergeron, directeur au développement économique. «Avec les travaux et expérimentations faits sur le territoire, les gens ont entendu parler de nous. Ils veulent voir ce que l’on fait», poursuit-il.

La venue d’industriels peut être très prometteuse pour le développement d’une bio raffinerie sur notre territoire. «Une compagnie suédoise qui implante présentement une industrie de production de méthanol viendra donner un volet international à ce colloque», estime M. Bergeron. «On se doit comme ville d’attirer des entrepreneurs. Ils connaîtront notre ville et verront l’importance du potentiel de bio raffinage présent sur le territoire»

C’est en 2013 qu’avec Patrice Mangin de l’UQTR, M. Bergeron avait été invité à faire une présentation au colloque de la CRIBIQ qui se tenait alors à Orford. «Nous avions été invités sur une plénière et nous y avons présenté le plan d’action en lien avec le développement de la biomasse forestière», précise-t-il.

Plus tôt la semaine dernière, nous apprenions que Ville La Tuque participerait financièrement à la création d’une chaire de recherche industrielle régionale qui aura à sa tête le professeur et chercheur Patrice Mangin. Ce dernier a multiplié les collaborations avec l’EFLT, la ville, le milieu universitaire et maintenant le milieu industriel. «La chaire de recherche se penchera sur cette filière en émergence qui progressera par la recherche et le développement», affirme-t-il.

Les participants assisteront à une série de présentations et un atelier de réflexion stratégique visant à rassembler les différents acteurs québécois de la chaîne de valeur du bio raffinage forestier autour de trois tables de discussions: l’approvisionnement forestier et la préparation de la biomasse; le fractionnement de la biomasse et procédés de conversion et l’utilisation et la commercialisation des produits du bio raffinage forestier.

Patrice Bergeron a travaillé activement à l’organisation de ce colloque. «Je vais y faire une présentation sur notre vision du bio raffinage. J’y animerai aussi des ateliers sur la commercialisation des produits du bio raffinage», ajoute-t-il.

La CRIBIQ a pu compter sur plusieurs partenaires pour ce colloque. Outre la ville, l’UQTR, le CRIEB, Serex, Innofibre, Biotech Annecto et le gouvernement du Québec ont participé activement à l’organisation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires