Grotte, rafting et plus encore

Par Les Defis
Grotte, rafting et plus encore
Nous n’avons croisé ni diable

J’ai vécu des émotions fortes cette semaine. Dans le comté de Portneuf, Action plans d’eau plein air (APEPA), une entreprise d’économie sociale, et Les Excursions de l’Ouest m’ont fait vivre la totale. Une journée de rafting, une visite de la grotte du Trou du Diable et une escapade à l’ancienne centrale hydroélectrique de Saint-Alban m’attendaient.

Chacune des activités amenaient son lot de défis. Nous avons débuté notre visite dans ce coin de pays par l’ancienne centrale hydroélectrique de Saint-Alban. Notre guide, Sébastien Perreault, directeur général d’APEPA, nous explique que la centrale Saint-Alban I a été construite à la suite de l’investissement de 30 000$ de Narcisse Théodule Paré, en 1911. Un plongeon dans l’histoire nous attendait. La première centrale a été détruite par la force de Dame Nature, mais la seconde, Saint-Alban II, est encore sur pied et peut être visitée par les touristes. Ce qui est intéressant, c’est le fait que d’anciens employés de cette centrale construite en 1926 ont donné divers objets comme la lampe de poche du gardien, une radio, etc. qui se trouvaient tous dans la centrale à cette époque.

Après notre escapade dans l’histoire, nous nous sommes dirigés vers Saint-Casimir où nous allions rencontrer le diable. La grotte du Trou du Diable est la deuxième plus longue au Québec avec ses 980 mètres. Il fallait nous vêtir de vieux vêtements pour cette visite, et je vous explique pourquoi! Premièrement, nous entrons dans la grotte munis d’un casque et d’une lampe frontale. Le trajet souterrain nous amène à patauger dans les eaux sombres de la rivière Sainte-Anne qui monte jusqu’aux genoux des aventuriers. Des parois rocheuses se hissent de chaque côté, mais nous pouvons facilement circuler dans ce corridor rocheux. Puis, le guide nous indique une toute petite issue, située dans la paroi rocheuse. Les plus aventureux peuvent y pénétrer à plat ventre.

C’est ce que nous avons fait. Nous avons rampé quelques mètres sur la roche recouverte d’eau à plusieurs endroits. Le chemin nous menait à une toute petite pièce. Mais rassurez-vous, ceux et celle qui ne se sentent pas à l’aise avec le fait de ramper entre deux roches peuvent rester dans le corridor rocheux, les pieds dans l’eau.

D’autres chemins qui nous amenaient à ramper entre les roches s’offraient à nous, question de goûter à la vraie spéléologie.

Mais ce qui est le plus impressionnant dans toute cette aventure doit malheureusement rester secret. Sébastien Perreault m’a demandé de ne pas dévoilé le punch de notre balade dans la grotte… Disons que ce n’est pas l’envie qui manque! Cependant, je me contenterais de dire que le retour à la vie extérieure est mémorable! Et pour rassurer les plus inquiets, nous n’avons croisé ni diable, ni chauve-souris dans la grotte du Trou du Diable!

Notre escapade dans le comté de Portneuf s’est terminée par une balade en rafting familial avec Les Excursions de l’Ouest. L’activité, tout comme la grotte du Trou du Diable, est destinée à toute la famille, bien que quelques remous nous donnent des palpitations! Il s’agit en fait d’une descente de la rivière Sainte-Anne en canot pneumatique. Quelques rapides nous donnent des sensations fortes, mais de manière générale, il s’agit d’une excursion visant à admirer les paysages qu’offrent les berges de la rivière!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires