Du rhum, des femmes et des cigares…

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Du rhum, des femmes et des cigares…
Une belle expérience que celle d’avoir roulé un cigare! (Photo L’ÉCHO de La Tuque)

Un séjour à Puerto Plata ne se fait pas sans visiter l’usine de rhum Brugal, l’usine de confection de cigares, qui est jointe à l’usine de pierre d’Ambre.

Des véritables fourmis ces Dominicains. L’usine de rhum Brugal est tout de même avancée technologiquement. À l’intérieur de l’usine, il nous est toutefois défendu de prendre des photos et des vidéos des deux chaînes de montage. Le rhum est d’abord mis en bouteille, puis une autre machine capsule les bouteilles. Ensuite, les bouteilles sont mises à l’intérieur de boîtes conçues pour 24 bouteilles. Souvent, les bouteilles ne sont pas bien placées dans la boîte, et un employé les replace avec l’aide d’un grand bâton. Puis, le dernier ouvrier de la chaîne ferme la boîte, qui est acheminée vers l’entrepôt. Brugal est le troisième plus grand producteur de rhum au monde, derrière les marques Bacardi Et Capitaine Morgan. En 2002, la compagnie a produit 4,3 millions de caisses de 24 bouteilles, et 75 000 litres de rhum sont produits chaque jour. Brugal détient 80% du marché du rhum en République dominicaine. Sans élaborer sur le processus de confection, il faut cependant savoir que le rhum est produit à partir de la canne à sucre.

Les cigares

Une belle expérience vécue que celle de rouler mon premier cigare à l’usine. Le Dominicain derrière le comptoir réalise d’abord une démonstration, et il vous invite ensuite à prendre sa place. C’est la première feuille de tabac du plant qui sert à faire l’enveloppe du cigare. Comme j’entame une nouvelle vie d’ex-fumeur, je conserverai précieusement ce cigare en souvenirs.

La République dominicaine est devenue en 1994 le premier exportateur mondial de cigares roulés à la main. Chaque année, 90 millions de cigares sont roulés dans ce pays, essentiellement par les hommes qui préfèrent ce travail à celui plus dur dans les champs de canne à sucre.

L’ambre

Il s’agit du produit le plus connu de la République Dominicaine. Ce fossile est extrait dans la partie nord de l’île que l’on nomme côte de l’Ambre. On y trouve quelques-unes des mines les plus riches au monde. La pierre semi-précieuse peut parfois contenir des insectes ou des plantes fossilisés, puisque l’ambre provient de l’Hymenea, une espèce disparue d’arbres tropicaux il y a 25 à 40 millions d’années. C’est à partir de la résine de cette espèce qu’est produit l’ambre.

À l’intérieur de l’usine, un homme extrait d’abord le minéral de la pierre. Puis, il est poli une première fois. Un autre travailleur chauffe le produit avec un chalumeau, puis la pierre semi-précieuse est polie une seconde fois. Nous avons pu apercevoir de jeunes travailleurs, peut-être âgés de 16 ans, qui polissaient la pierre. Il y fait très chaud, et seulement quelques ventilateurs, pas très propres, sont disposés afin d’aérer un peu les travailleurs. À vos portefeuilles si vous voulez acheter un bijou : 250 $ US pour une petite paire de boucles d’oreille!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires