Dossier des fermetures de gares

Par philippe_doucet
Dossier des fermetures de gares
Divers représentants du secteur économique ont demandés un moratoire d'un an concernant le dossier des fermetures de gare par Via Rail.

La semaine dernière la députée fédérale Lise St-Denis demandait un moratoire d’un an dans le dossier des fermetures de gares de Via Rail. Appuyée par divers intervenants socio-économiques de la région qui demandaient à Via Rail de revoir sa position.

Sans prendre une décision claire sur le moratoire, Via Rail entend tout de même collaborer avec les communautés. «Nous sommes heureux de constater une volonté de la part de la communauté à maintenir les activités aux gares de La Tuque et Parent. Nos pourparlers se poursuivent avec la municipalité, en vue d’une éventuelle cession des gares et du maintien des services de billetterie» confirme Mylène Bélanger de Via Rail.

Mme Bélanger mentionne d’ailleurs que ce type d’entente se fait ailleurs au pays. «Plusieurs gares sur notre réseau pancanadien sont gérées par une tierce partie. La gare d’Amqui, par exemple, tient une boutique et un magasin d’artisanat. Plusieurs autres exemples de gares répondent très bien aux besoins de la communauté, où on trouve des organismes communautaires, culturels et autres entreprises de service.»

Une option pour la Haute-Mauricie?

Si de tels services sont imaginables pour la gare de La Tuque, il serait toutefois surprenant de voir les gares de Lac-Édouard ou encore celles de Parent ou Clova pouvoir être utilisées de la sorte. Un partenariat régional étant nécessaire pour réaliser un tel projet, les intervenants du milieu, notamment touristique, auront à s’asseoir ensemble et trouver un moyen de rentabiliser les gares.

Via Rail se base sur trois critères commerciaux pour déterminer le niveau de service approprié pour chaque emplacement : le volume de passagers, les ventes générées dans chacune des gares, et la proximité de la gare suivante. Pour ces raisons, le transport ferroviaire en Haute-Mauricie a été rudement éprouvé.

À partir du 1er novembre, le prix plancher de toutes les classes tarifaires en classe Économie sera ramené à 20 $, pour les services en régions éloignées, incluant le service prodigué en Haute-Mauricie.

(Photo TC Media Philippe Doucet)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires