Dix ans à inspirer le goût de lire chez les jeunes

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Dix ans à inspirer le goût de lire chez les jeunes

LIRE. Dans des années où on a l’impression que la lecture cède du terrain au profit des nombreux gadgets électroniques disponibles sur le marché, une rafraîchissante innovation continue de donner le goût de lire chez les jeunes du niveau primaire, à l’école Jacques-Buteux.

Carole Vermette, une enseignante retraitée du primaire s’y rend bénévolement chaque jeudi pour accueillir les jeunes à la bibliothèque à l’activité Chocolecture. Chaque semaine, des enfants de première sixième année s’y donnent rendez-vous, bouquin en mains.

L’aventure a commencé il y a exactement 10 ans, avec les élèves de  la cinquième et sixième année alors que Mme Vermette observait une perte de vitesse pour la lecture. Elle a voulu une activité simple, où rien n’est imposé, mais qui donne le goût de lire.

« Quand j’ai vu qu’il y avait un certain engouement, j’ai offert cela à tout le monde, sauf la maternelle», évoque Mme Vermette. Chocolecture était née.

Certes, le réconfortant chocolat chaud avec guimauves qu’on y sert peut constituer un incitatif pour les jeunes, mais le goût de la lecture est d’abord  l’élément contagieux qui y attire les élèves.

 « Les jeunes apportent leur propre livre, il n’y a rien d’imposé. Il peut arriver que les enfants nous posent des questions, qu’ils nous demandent la signification de mots. On donne des trucs car ce n’est pas que dans le dictionnaire qu’on peut trouver. On peut le faire aussi d’après le contexte», évoque Mme Vermette.

Chocolecture a certainement contribué à élever le niveau de lecture à l’école Jacques-Buteux, pense Mme Vermette. «On a de bons lecteurs et pas seulement des filles, il y a beaucoup de garçons», signale la bénévole.

Chaque semaine, une quarantaine de jeunes y lisent dans une atmosphère calme. 158 des 250 élèves de l’école s’y sont inscrits en début d’année. Annuellement, on compte jusqu’à 800 présences. Les répercussions sont indéniables. « Une enseignante est venue me voir aujourd’hui et m’a dit qu’un de ses élèves s’améliorait beaucoup en lecture depuis qu’il vient ici. Il a commencé cette année», a-t-elle constaté. Des élèves qui ne lisaient pas du tout s’intéressent à la lecture depuis qu’ils fréquentent Chocolecture. On ne se surprend donc pas que le nombre d’adeptes soit toujours à la hausse,  année après année.

Le projet est apprécié à un point tel qu’il a déjà remporté le prix Coup de cœur du ministère de l’Éducation, l’année de son implantation. En 2008, Chocolecture remporte une reconnaissance régionale du Ministère, sur 250 projets, en raison de l’originalité et le côté novateur du projet, qui ont retenu l’attention du comité de sélection.

La directrice de l’école Jacques-Buteux, Julie Gagnon, ne voit que des impacts positifs dans ce projet implanté exclusivement dans cette école. «Quand les élèves ont plus d’habiletés à bien lire, ça paraît dans leur apprentissage. Surtout, ça varie en terme de clientèle. Ce ne sont pas toujours les mêmes qui viennent lire», évalue-t-elle.

Des élèves  qui apprécient l’activité

Mathis Potvin, un élève de 5e année, lit beaucoup grâce à Chocolecture. Il aime tellement l’activité que c’est lui qui en fait l’annonce dans les haut-parleurs de l’école pour la rappeler,à ses confrères et consoeurs. Il apprécie particulièrement les livres d’action et ceux se rapportant à l’histoire. De son côté, Lauralie Filion dévore des romans imposants. Elle aussi trouve que l’activité donne un bon coup de pouce pour ceux qui veulent lire davantage.

À écouter Carole Vermette, on comprend qu’elle ne voit pas le jour où elle arrêtera Chocolecture. Aidée par l’enseignante à la maternelle Suzanne Jutras, elle s’y voit encore l’an prochain. «La promotion de la lecture, pour moi, c’est très important», fait-elle observer. Même qu’elle lance que Chocolecture pourrait voyager. Peut-être l’activité s’implantera-t-elle ailleurs l’an prochain ?

Des moustaches pour le Movember

Pour la 10e année de Chocolecture, Mme Vermette a implanté une belle tradition. A la fin de chaque mois, une thématique est mise sur pied. Par exemple, le mois de novembre est celui du Movember une cause vouée aux cancers masculins. Pour sensibiliser les jeunes, chacun des participants s’est fait peindre une jolie moustache. On a aussi amassé de l’argent qui sera remis à cette cause. Une banque a été installée à la Librairie ABC.

En octobre, les jeunes ont lu à la noirceur et chacun des participants devaient porter un accessoire pour l’Halloween. En décembre, à l’approche de la période des Fêtes, chacun des jeunes pourra inviter un membre de sa famille à participer à l’activité avec lui.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires