Camp Rustique: le projet des frères Boulianne

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette

Voilà tout près d’un an que les frères Yves et Jean-Pierre Boulianne, de St-Tite et de St-Sévérin, ont décidé de se lancer en affaires. Ils ont démarré l’entreprise Camp Rustique, soit une entreprise familiale de fabrication de bâtiments de type refuge, de camp forestier et de chalet. Descendants d’une famille de forestiers, les deux frères ont décidé de mettre «la main à la pâte» et ils visent une clientèle au-delà de la Mauricie.

Originaires du Lac St-Jean, les frères Boulianne ont beaucoup voyagé. «Nous avons vécu notre enfance à Senneterre. On est arrivé ici (région de St-Tite) en début de secondaire. Nous avons chacune copine qui vient d’ici. Jean-Pierre est ambulancier dans la région de St-Tite. Nous nous sommes enracinés dans cette région et nous avons bâti notre histoire ici», a confié Yves, le plus jeune des deux frères.

Pour eux, il est aussi question de poursuivre les mêmes «sentiers» qu’ont empruntés leurs descendants, nous a expliqué Jean-Pierre: «Notre famille a toujours été dans le domaine du bois. Ils ont travaillé dans des moulins à scie. Notre grand-père aussi. Il est mort dans un moulin à scie. Notre père est dans un moulin à scie. Nous en avons «pilé» de la planche! Nous avons des contacts qui peuvent nous fournir le matériel et nous voyons loin à travers ce projet. D’ici 5 ans, on pourrait s’installer dans une bâtisse industrielle et rouler en série. L’entreprise pourrait engager plusieurs employés et devenir une chaîne de montage. On vise à fournir des campings ou des pourvoiries. On vise aussi les gens équestres, les pêcheurs et les chasseurs. Le but, c’est de dénicher de grosses commandes.»

Ayant le projet en tête depuis quelque temps, voilà tout près d’un an déjà qu’ils ont décidé de se lancer dans l’aventure: «Nous avons une terre à bois au Lac Archange. Nous allons à la chasse là-bas. Puis nous étions en train de se construire un camp, mais rien de trop gros. Ensuite, j’ai fait des recherches sur Internet. Je voulais trouver un entre-deux, soit entre un petit camp du genre et un chalet conventionnel. Quand nous avons trouvé un outil pour faire la queue d’aronde, c’est à ce moment que nous avons eu le déclenchement.»

Les chalets seront construits avec une technique ancestrale de pièce sur pièce à queue d’aronde. Les bâtiments seront assemblés entièrement en usine et seront livrés par la route, à l’aide de transporteurs spécialisés, directement aux clients. Pour les Boulianne, il est important de continuer de faire vivre le domaine forestier en région: «Nos chalets sont à 95% constitués de bois. Tous nos produits utilisés sont aussi des produits naturels, donc pas de métaux et pas de PVC. Même pour l’isolation, on utilise des morceaux recyclés. Et surtout, on trouve important d’aller chez des fournisseurs de notre région», a ajouté Jean-Pierre.

Les Boulianne ont travaillé dans plusieurs domaines différents ce qui a fait d’eux d’excellents travailleurs manuels: «Nous n’avons pas étudié là-dedans. Nous sommes deux gars manuels, débrouillards et avec une bonne capacité physique. Nous avons rénové une vieille maison ancestrale. C’est pas mal ça qui nous a donné une bonne base d’expérience», de dire Jean-Pierre. Yves ajoutait: «C’est ce qui fait en sorte que nous avons un bon bagage avec nous, qui fait se complète très bien pour l’élaboration et la construction de chalets».

Jean-Pierre a quelque peu délaissé son travail d’ambulancier depuis qu’il se consacre à Camp Rustique, mais il demeure en service à temps partiel. Quant à lui, Yves a été victime des coupures à l’usine Alcan de Shawinigan: «Se lancer en affaires, c’est stressant, c’est certain. C’est stressant parce que nous avons investi énormément. Même le premier chalet, il est à nos frais. Mais je sais qu’ils (Alcan) ne me rappelleront pas avant un bon bout de temps alors ça me donne la chance de voir notre potentiel. Ça ne me stressera plus le jour où nous aurons déniché un gros contrat.»

Le duo de frère ne s’est pas lancé en affaires les yeux fermés. Ils ont fait leurs devoirs, comme l’a expliqué Jean-Pierre: «Ça fait presque un an que nous travaillons là-dessus. Je suis allé suivre mon cours Lancement d’entreprise à Shawinigan. Ensuite, nous avons monté le plan d’affaires et procédé à des études de marché. Nous avons créé un site Internet et nous avons adhéré à Facebook. On y expose nos modèles selon les étapes. Nous avons fait nos devoirs. Pour bâtir le «démo», ce fut plus long parce que c’était le premier. Éventuellement, on aimerait bâtir un camp par mois.»

Les deux frères ont eu l’occasion de tantôt s’amuser ensemble. Aujourd’hui, ils sont liés à nouveau, cette fois-ci, par le boulot: «C’est plaisant de travailler ensemble. Nous avons déjà fait des travaux de rénovation et ça s’est très bien passé. Il y a toujours la crainte des conflits ou de la chicane de famille. Mais nous sommes bien entourés. Il y a plusieurs entreprises familiales dans le coin qui sont de bons conseils. Nous sommes deux frères capables de se parler. Nous n’avons pas eu de conflit jusqu’à présent. On voit dans même direction et on croit à notre projet», a affirmé Yves en toute confiance.

Jean-Pierre ajoutait: «Au hockey, nous avons appris à jouer en équipe. Nous sommes frères, on vient d’un domaine forestier et on a eu la même éducation, donc on sait où on s’en va, parfois même sans se parler. On se fait confiance aussi. Si l’un fait une étape, on ne va pas toujours vérifier son travail. Dans 5 ans, si nous sommes ailleurs, nous aurons probablement notre propre département. Yves serait responsable de la production et moi, je serai plus actif sur le plan de la vente.»

L’entreprise est située au 830 de la Route 153, à St-Tite. Il est possible de visiter le site Internet http://www.camprustique.com/index.htm ou le site Web Facebook qui est aussi très actif lors du montage, soit le https://www.facebook.com/pages/Camp-Rustique/395208430573410.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires