Ça roule pour Manon Langlais

Par Francine Beaupre

La Latuquoise Manon Langlais a dans sa mire les Jeux panaméricains de Toronto en 2015 en patin à roues alignées de vitesse. Consciente qu’elle devra trimer dur pour être sélectionnée puisqu’il n’y a que deux places, elle travaille avec un entraineur à raison de six jours par semaine.

Bien qu’ayant toujours été sportive, Mme Langlais n’a commencé le patin à roues alignées de vitesse de compétition qu’il y a deux ans, à l’été 2012. Pour sa première compétition provinciale, elle a décroché l’or dans une course de 10 km. Sur cette lancée, elle s’est présentée en équipe aux 24 heures Roller de Montréal. Là encore, Manon Langlais a remporté l’or avec les 9 autres filles qui forment l’équipe. Finalement, en solo, elle a décroché le premier rang chez les Pros lors du Marathon de New York, une compétition internationale.

Sa saison 2013 prend les mêmes allures que celle de l’an dernier. «J’ai fait un 21 km élite et j’ai gagné l’or. J’ai fait une compétition intérieure de niveau provincial et j’ai remporté l’or. Il s’agissait de trois courses et je les ai toutes gagnées. Ensuite, je me suis rendu à Cambridge en Ontario pour un 42 km. J’ai gagné l’argent chez les Séniors et l’argent au cumulatif», expliquait-elle.

Puis ce fut le Championnat canadien. «C’était ma première compétition nationale. Nous faisions sept courses sur deux jours», ajoutait-elle. «J’y ai décroché le bronze dans la catégorie Sénior et, en équipe de trois, nous sommes allées chercher le bronze au relais», soulignait-elle. La dernière compétition à laquelle elle a participé est celle de Blainville. «J’ai fait deux compétitions dans la même journée: un 42 km et un 21 km. Il y avait un intervalle d’une demi-heure entre les deux courses. J’ai gagné l’argent au 42 km et l’or au 21 km», complétait-elle.

La prochaine compétition à laquelle elle prendra part sera le 24 heures Roller de Montréal. Par la suite elle se rendra au Grand Défi de Victoriaville le six septembre prochain alors qu’elle fera un 42 km. «Le 30 septembre, je retourne à New York pour défendre mon titre», déclarait-elle. Cette année, Manon Langlais focalise sur les compétitions nationales, provinciales et elle fait une compétition internationale. «L’an prochain, on aimerait sortir plus donc, après ma saison, je me lancerai dans la recherche de financement», précisait-elle.

Prônant elle-même la maxime «Un esprit sain dans un corps sain», Manon Langlais qui est massothérapeute et a complété une formation en kinésiologie estime qu’on peut nettement améliorer sa condition physique avec une routine de vie où entrainement et saine alimentation vont de pair. Elle travaille avec un entraineur pour améliorer son potentiel en sprint maintenant qu’elle connait son niveau d’endurance. Elle veut augmenter sa foulée et faire de gros départs, ce qui l’aidera nettement pour les compétitions nationales. Quant à la Coupe du monde, elle s’y présentera lorsqu’elle saura qu’elle a la capacité de se classer dans les 15 premières.

Roller Sport Canada

Manon Langlais est maintenant représentante d’athlètes au sein de l’organisme Roller Sport Canada qui vise à promouvoir le sport et à assurer une relève. «Roller Sport Canada, c’est un peu comme notre fédération. Je m’assure qu’on travaille à mettre en place des compétitions pour un Championnat canadien. Nous voulons aider les athlètes québécois à décrocher des bourses comme la bourse Bruny Surin par exemple. Nous avons déposé une demande à Patrimoine Canada, ce qui permettrait à des athlètes de se rendre en juillet 2014 au Mexique, en septembre 2014 en Colombie, puis en juillet 2014, à la Coupe du monde en Allemagne.

Maskino

Parallèlement à toute cette implication dans le patin à roues alignées, Manon Langlais a développé une nouvelle ligne de produits spécialisés pour massothérapeutes. «Je travaille avec un laboratoire québécois depuis quatre ans à développer cette ligne de produits 100% naturels», mentionnait-elle.

Dernièrement, elle a obtenu son accréditation de Santé Canada pour ces produits. «Nous offrons la crème analgésique, le gel et l’huile pour les massages. Nous avons déjà plusieurs points de vente en Mauricie et à Montréal, mais comme ma carrière d’athlètes prend beaucoup de place, ce ne sera qu’à l’automne que je développerai le marché de Québec, Gatineau et Sherbrooke», expliquait-elle.

Finalement Manon Langlais roule aussi vite dans sa carrière d’athlètes que dans sa carrière professionnelle. «Je me sens choyée de pouvoir vivre ça. J’ai compris que c’est au moment où je dirai que je suis vieille que je le deviendrai», lançait celle qui, à 33 ans, fait déjà office de «vieille» pour les jeunes avec lesquels elle s’entraine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires