85 emplois consolidés aux Industries John Lewis

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
85 emplois consolidés aux Industries John Lewis
Le maire de La Tuque

Les Industries John Lewis ont reçu un prêt gouvernemental de 1,8 M$ lundi dernier afin de procéder à l’acquisition de nouveaux équipements et à améliorer le fonds de roulement, ce qui permettra le maintien de 85 emplois.

C’est la ministre responsable de la Mauricie, Julie Boulet qui en a fait l’annonce au nom du ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, Raymond Bachand.

Le solde du montant du projet, s’élevant à 2,4 M$, sera assumé par le Groupe Rémabec, soit 600 000 $. Cet argent permettra aux Industries John Lewis de se doter d’un nouveau détecteur de couleur de bâton, pouvant aller à une vitesse de 100 miles à l’heure. Ce nouvel équipement permettra à l’usine de faire moins de perte de bâton. « De faire en sorte que des emplois soient maintenus, c’est la partie la plus importante et la plus plaisante de mon travail. L’industrie forestière québécoise mérite qu’on lui accorde une attention particulière, en cette période de grands changements. Aussi, le gouvernement du Québec est fier d’appuyer une entreprise qui, comme les Industries John Lewis, a le souci d’innover dans le but d’améliorer sa productivité et sa compétitivité », souligne Mme Boulet.

Le président et directeur général du Groupe Rémabec, Réjean Paré, avait le sourire facile en cette journée heureuse pour les Industries John Lewis. « Ça faisait maintenant trois ans que nous étions dans la turbulence alors c’est certain que cette annonce fait du bien. Cet argent fait partie de notre plan de relance de l’usine. Sans l’aide financière, il aurait été impossible de passer au travers. Cette nouvelle est tout à l’honneur des employés qui ont accepté les conséquences d’une période difficile. Nous avons pris le temps d’analyser le marché chinois, poursuit M. Paré. Il était difficile de faire concurrence ce marché où la caisse de bâtons se vendait 6 $ de moins. Mais avec ces investissements, l’avenir est très prometteur. Nous avons étudié leurs forces et leurs faiblesses et on s’organise pour être les plus forts. »

Et qu’en est-il du projet de la fibre de feuillus? Est-ce que cette annonce était une étape de plus à franchir? « Il y aura une autre annonce d’ici quelques semaines. Comme il s’agit d’un projet en partenariat, les compagnies doivent s’entendre d’abord sur la base d’intégration de la fibre de feuillu. L’année 2007 sera l’année des annonces positives », conclut M. Paré.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires