Une Nuit des sans-abri différente

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Une Nuit des sans-abri différente

En raison de la pandémie de la COVID-19, la 31e Nuit des sans-abri est présentée de façon différente cette année, le 16 octobre.

Pandémie ou pas, la réalité des personnes qui n’ont pas de domicile est la même et les Travailleurs de rue de La Tuque inc veulent quand même présenter cet événement qui sensibilise bon nombre de gens, à chaque année.

«Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il y a de nombreuses personnes en situation d’itinérance à La Tuque. L’itinérance vécue sur le territoire est dite «cachée», c’est-à-dire que les personnes n’ont pas de domicile fixe, elles vivent temporairement chez la famille, les amis, les voisins et changent souvent d’endroits. Le thème de cette année reflète bien ce que nous vivons sur le territoire, ce n’est pas parce que nous ne la voyons pas qu’elle n’existe pas», indiquait Sarah Beaumont-Gaudet, directrice de l’organisme les Travailleurs de rue.

Elle fait remarquer que la pandémie augmente la pression et les risques que ces personnes vulnérables vivent. «Lors du confinement, les gens devaient rester chez eux. Quand tu n’as pas de domicile et que tu ne peux plus emprunter le divan d’un proche puisque ce n’est pas ton adresse, les solutions de rechange sont assez restreintes», déplore-t-elle.

Programmation différente

Cette année, la promotion de l’événement sera faite par les réseaux sociaux. La population sera sensibilisée sur les enjeux vécus par les personnes qui vivent une situation d’itinérance.

« Pour une seconde année, les participants du Centre d’activités populaires et éducatives de La Tuque (CAPE) ont pris le temps d’écrire de touchants textes en lien avec le thème « L’itinérance invisible, mais bien réelle », ces derniers seront partagés sur les pages Facebook respectives des deux organismes. En lien avec ce projet, les participants du CAPE auront la visite de la travailleuse de rue afin d’échanger sur les différentes réalités de l’itinérance», ajoute Mme Beaumont-Gaudet.

Elle invitait la population à partager en grand nombre les publications de sensibilisation qui sont diffusées dans les réseaux sociaux au cours de la semaine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires