Une messe pascale très animée


Publié le 16 avril 2017

À leur arrivée dans l'église, à 5 h 30 ce matin, les paroissiens avaient leur cierge allumé, dans l'ombre.

©Photo TC Media - Michel Scarpino

PÂQUES. Une douce tradition, implantée depuis cinq ans, rassemble plus de 300 paroissiens, à l’occasion du dimanche de Pâques à l’église St-Zéphirin. La célébration eucharistique de 5 h 30, animée par le curé Marc Lahaie et son équipe, sort vraiment de l’ordinaire. C’est le cas de le dire : il y avait du monde à la messe.

Sur le coup de 5 h 30, les fidèles voient le feu nouveau qui est annoncé, symbolisé dans cette bûche scandinave.
Photo TC Media - Michel Scarpino

À l’aurore, sur le coup de 5 h 30, les centaines de paroissiens se rassemblent devant l’église pour cette Vigile pascale. Tout le monde est attendu à l’extérieur, à leur arrivée, autour d’un feu avant d’entrer dans l’église où il fait noir. Car il faut respecter le sens de Pâques, passer de la noirceur à la lumière.

 C’est beau à vivre. C’est un privilège. Il n’y a pas beaucoup de places au Québec où il y a une chorale comme ici, avec une trompette.

Marc Lahaie

« Pour être animé, c’est animé, pas à peu près», s’exclame Marc Lahaie.

Pour le curé de la paroisse de Saint-Martin de Tours, Marc Lahaie, le succès de cette formule dépend de deux facteurs importants : l’originalité de la formule et la participation de tous, tant son équipe que les paroissiens qui assistent à la célébration. La célébration a beau durer deux heures, personne ne trouve ça long, rapporte également le prêtre.

Le travail de la chorale de l’église St-Zéphirin a maintes fois été souligné par le curé. « Ils ont mis beaucoup d’heures de pratique. Ils font 10-12 chants et ils en apprennent des nouveaux, des chants originaux qui ne sont pas dans les autres messes du dimanche».

Visuellement aussi, l’événement est très relevé. Rien que le fait de voir les centaines de paroissiens allumer les cierges dans la pénombre représente tout un coup d’œil. Le feu nouveau, a expliqué Marc Lahaie, survient après une nuit de noirceur, où les lueurs apparaissent et le soleil revient.

 «C’est une célébration qui dure 2 heures (la Vigile pascale) et elle est présentée un peu partout dans le monde. Elle peut être longue et ennuyeuse, mais nous, on est allé chercher plein d’idées originales. Mon objectif n’est pas de faire les choses de façon successive, passer d’une lecture à l’autre. Pour chaque élément, on fait ressortir le sens, d’où ça vient, puisqu’il y a une construction de sens derrière tout ça. C’est le résumé de toute la foi, d’Abraham jusqu’à nous», observe M. Lahaie.

Il y a déjà eu des baptêmes et même une confirmation à l’occasion de cette messe de 5 h 30. Des paroissiens de La Tuque, certes, se font un devoir d’y être, mais également des gens des secteurs environnants. Un événement très vivant.