Sections

5 577 gestes de bonté à Jacques-Buteux

Semaine «Donnez au suivant»


Publié le 11 octobre 2017

©Photo gracieuseté

BONTÉ. Les 290 élèves de l’école Jacques-Buteux ont un grand cœur. Ou de grands cœurs, qu’ils ont coloriés dans le cadre d’un projet fort innovateur. Amalgame de défi, d’altruisme, de générosité, la semaine «Donnez au suivant» a permis bien plus que d’accomplir de bonnes actions, elle a fait de tous ces jeunes des gens encore meilleurs.

Ainsi, du 25 septembre au 2 octobre, pendant la semaine «Donnez au suivant» les élèves ont été invités par les grands de 6e année à poser un geste de bonté à l’égard de leurs parents, grands-parents, voisins ou amis, à l’école ou à la maison.

Un seul geste de bonté, c’est déjà bien. Un geste x 5 577, on ne peut pas espérer mieux

Claudia L’Heureux, enseignante

Faire un compliment, vider le lave-vaisselle, plier le linge, offrir du temps aux grands-parents, aider un élève de sa classe qui éprouve certaines difficultés dans les matières scolaires, voilà quelques-uns des nombreux exemples de gestes de bonté qui ont été posés au cours de cette semaine spéciale.

Si bien qu’on a comptabilisé 5 577 bonnes actions pendant la semaine «Donnez au suivant» un thème qui guide justement les interventions de l’année scolaire qui vient de débuter dans cette école.

Cela coïncidait drôlement bien avec la démarche de l’émission du même nom, animée par Chantal Lacroix. «C’est après (que le thème de l’année ait été dévoilé) qu’on a vu l’annonce. C’est vraiment un adon», lance Claudia L’heureux, enseignante en 6e année.

Ce sont les 36 élèves de 6e années, des deux classes de Claudia L’Heureux et de Mélanie Roy qui sont les chefs d’orchestre de cette manifestation de bonté.

Chaque élève a reçu un carnet contenant des cœurs. Chaque fois qu’une bonne action était accomplie au cours de la journée, on pouvait colorier le cœur afin de quantifier le nombre de bonnes actions réalisées.

580 écoles sont inscrites à la semaine Donner au suivant, mais on retient surtout, à Jacques-Buteux, le fait qu’indépendamment du concours, on inculque des valeurs aux enfants qui les suivront longtemps. Au-delà du concept de l’émission de télévision, les enseignants retiennent qu’inévitablement, on en fera des meilleurs citoyens.

Aux dires des enseignantes, les jeunes se sont tellement bien approprié le projet que leur rôle en aura finalement été un de supervision.

Des comités ont été formés. «Chaque comité allait dans une classe et expliquait ce qu’était le projet. On distribuait aussi des feuilles d’autorisation pour les photos», relate Matthew Langlais, élève de 6e année. Les jeunes ont aussi récolté les feuilles complétées et compilé les gestes de bonté.

Chaque geste posé par les jeunes pouvait être publié par leurs parents sur la page Facebook de Donner au suivant.

Une murale au CIUSSS

Les élèves ont eu le goût de faire une différence dans la vie des personnes âgées, surtout lorsqu’elles vivent de la solitude. Aussi, les élèves de sixième année ont confectionné une grande murale à l’intention des résidents en hébergement et soins de longue durée, au 5e étage du CIUSSS de La Tuque. Les 290 élèves de l’école ont effectué un autoportrait qui se retrouve sur la murale, apposée avec l’aide de parents bénévoles

«C’est pour embellir leur milieu de vie», explique Mélanie Roy.

Une pareille murale avait déjà été placée sur un mur de l’école Centrale. On a donc demandé la permission à l’enseignante responsable du projet de cette école pour appliquer cette idée au CIUSSS.

«On va avoir une année communautaire, envisage l'enseignante Claudia L'Heureux. Le projet de la murale est le premier de plusieurs autres. On va essayer de répandre du bonheur tout au long de l’année».

Les autres niveaux se sont impliqués

Tous les niveaux se sont impliqués. Parmi les gestes retenus, des élèves ont planté des plantes araignées, décoré les pots et les ont remis à la résidence Villa Soleil.

D’autres ont institué un projet d’échange de jouets pour donner une deuxième vie à de vieux jouets dont les élèves ne se servaient plus. Les élèves les ont échangés entre eux.

Les élèves de troisième année ont confectionné des affiches pour toute l’école, pour promouvoir des gestes de bonté et donner des exemples de ce qui peut être accompli au quotidien. Des élèves de 5e année ont aidé à l’aménagement une nouvelle classe de maternelle à Jacques-Buteux.

«On n’a eu à pousser personne pour embarquer, la motivation était là, d’elle-même», remarque aussi Mme L’Heureux.

De meilleurs citoyens

Un bel exemple de collaboration et d’entraide qui prouve que quand les gens se réunissent, on accomplit un beau travail d’équipe.

«On a appris à connaître nos élèves sous un nouveau jour», perçoit Mélanie Roy. Il y a des élèves, pour qui on ne pensait pas qu’ils allaient s’impliquer autant que ça. Il y a de belles qualités qui en ressortent»,

«Le but n’est pas nécessairement de gagner», évoque-t-elle tout de suite. Mais dans les prochaines semaines la production de l’émission sélectionnera l’école gagnante et il y aura un tournage.

Les enseignantes de sixième année sont visiblement fières de la participation unanime des élèves, mais aussi de la collaboration de tous les membre du personnel de l’école.

Surpris d’avoir récolté autant de cœurs dessinés, Matthew Langlais pense que le comportement en général des élèves a certainement changé pour le mieux.