Pas plus de chevreuils que d’habitude

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Pas plus de chevreuils que d’habitude
Soyez prudents lors de vos déplacements sur la route

FAUNE. Tout juste avant les Fêtes, des lecteurs soulignaient une présence abondante de chevreuils dans la région. Quelques accidents ont impliqué des cerfs et certains lecteurs affirment même avoir eu droit à leur visite dans leur cour.

Recrudescence du nombre de chevreuils ? Ils ne sont pas plus nombreux que les hivers précédents, affirme Catherine Ippersiel, relationniste de presse à la Direction des communications du Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MRN) et du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

«Il y a une petite population de cerfs établie depuis un certain nombre d’années autour de la ville de La Tuque.  Des cerfs sont observés chaque année près des zones habitées et des accès routiers (notamment au terrain de golf, au centre de ski de fond et au centre de ski alpin)» souligne Mme Ippersiel.

Mais il n’y a pas plus de signalements que les autres hivers, rapportés au MFFP.

«Il y a un peu de nourrissage en périphérie de la ville, en bordure des boisés, ce qui pourrait expliquer leur présence près des zones habitées et des accès routiers», ajoute-t-elle. Ce qui explique l’impression d’en rencontrer davantage.

Que faire en présence de cerfs ?

On ne doit pas nourrir les cerfs. «En présence de ceux-ci, il ne faut pas suivre les animaux (que ce soit à pied ou en véhicule) et il est recommandé de garder les chiens en laisse pour éviter les poursuites», met en garde Mme Ippersiel.

La chasse permise

La gestion de la faune sera facilitée par l’ouverture de la chasse au chevreuil en 2020 dans la zone 26 ouest, qui inclut le secteur de La Tuque, réclamée depuis des lunes.

«Le plan de gestion du cerf de Virginie au Québec 2020-2027, le plan de gestion de l’ours noir au Québec 2020-2027 et les modifications de mi-parcours du plan de gestion du dindon sauvage au Québec 2016-2023 tiennent compte des réalités actuelles, telles que l’augmentation, dans certaines régions, des populations de ces espèces et des enjeux de cohabitation avec les citoyens et l’évolution des clientèles», indiquait le MFFP.

On croit que ce mode de gestion de la faune par la mise en valeur contribuera à diminuer les risques associés aux collisions avec les véhicules.

En cas de collisions avec des véhicules

Pour réduire le nombre d’accidents routiers, le moyen le plus efficace est de conduire prudemment. Voici les règles générales d’une conduite prudente en présence de cerfs.

  • Il faut réduire la vitesse et toujours être vigilant, surtout dans les secteurs où des panneaux de signalisation indiquent la présence fréquente de cerfs.
  • Il est aussi important d’être plus attentif durant les périodes du jour où le danger de heurter un animal est plus grand, soit à l’aube et au crépuscule et ce, particulièrement en juin, juillet, octobre et novembre.
  • Être spécialement attentif dans les secteurs où la visibilité est réduite en raison de la présence de courbes, de pentes ou de végétation dense en bordure de la route.
  • Ralentissez immédiatement si vous devinez la présence de cervidés aux abords de la route. Ils sont nerveux et imprévisibles et peuvent très rapidement surgir sur la chaussée.
  • En actionnant vos freins ou lumières à plusieurs reprises, signalez la présence de cervidés aux conducteurs qui vous suivent. Rappelez-vous que les cervidés peuvent se déplacer en petits groupes.
  • Si l’un de ces animaux traverse la route devant votre véhicule, il faut ralentir et être aux aguets car d’autres pourraient le suivre.
  • Ne jamais effectuer de manœuvre brusque pour tenter d’éviter un cervidé au dernier moment; un accident beaucoup plus sérieux pourrait en résulter. Si l’animal est très près, ralentissez et freinez progressivement pour ne pas perdre le contrôle du véhicule. Dans le cas du cerf de Virginie, souvent, il vaut mieux heurter l’animal que de chercher désespérément à l’éviter.
  • Enfin, certains produits destinés à votre sécurité sont en vente sur le marché (par exemple, le sifflet à chevreuil), mais on n’a cependant pas démontré leur efficacité.

Source : ministère de la Forêt de la Faune et des Parcs.

Suivez Michel Scarpino sur Twitter : @mikscarpino

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires