Ottawa verse 644 600$ pour moderniser le Complexe culturel

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Ottawa verse 644 600$ pour moderniser le Complexe culturel
(Photo : Michel Scarpino)

CULTURE.  Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbault ainsi que le député de Saint-Maurice-Champlain et ministre fédéral des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, ont confirmé une aide financière de 644 600 $ du gouvernement fédéral à Ville La Tuque pour la rénovation et la mise aux normes du Complexe culturel Félix-Leclerc.

Rappelons que le projet de 3,2M$ est financé à 70% par le gouvernement du Québec, à 20% par le gouvernement fédéral, et 10% proviendront du Fonds Hydro-Québec.

L’aide fédérale est accordée par l’entremise du Fonds du Canada pour les espaces culturels.

«Nous devons faire le maximum pour assurer sa pérennité», a dit M. Champagne en conférence de presse, qui insiste sur l’importance de l’offre culturelle pour La Tuque.

«Ce projet permettra de bénéficier d’une infrastructure municipale plus moderne […] Elle sera mieux adaptée à nos besoins», a souligné le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, qui rappelait que chaque année, le complexe comptabilise 37 000 entrées.

Le ministre Guilbault a promis qu’il allait étudier une demande qui lui a été formulée un peu plus tôt en conférence de presse, par la directrice des loisirs de Ville de La Tuque, Estelle Paulhus, qui glissait qu’une aide financière supplémentaire aiderait à ficeler le dossier. «On va certainement regarder ça de plus près avec l’équipe du ministère et voir si on peut faire plus pour aider le Complexe culturel», a-t-il promis.

«Non seulement vous verrez votre salle la Forestière revampée, mais nous rénoverons entièrement le foyer de la salle nouvellement nommée en l’honneur de Mme Carole Guérin […] Nous offrirons à notre clientèle deux espaces scéniques qui pourront s’adapter aux nombreuses possibilités d’événements et de spectacles», a pour sa part fait savoir la directrice générale de la Corporation de développement des arts et de la culture de Ville de La Tuque (CDAC), Marie-Pierre Mailhot.

Elle ajoutait que pendant les rénovations du Complexe, qui s’ajoutent à la pandémie, la CDAC offrira des spectacles et ateliers culturels hors les murs. «J’ai très hâte de vous en dévoiler davantage, mais pour l’instant je peux vous dire qu’on travaille cette année à donner des piqûres d’art et de culture partout dans la ville pour donner le goût aux utilisateurs de venir au complexe quand il va rouvrir», a-t-elle laissé entendre. Si tout va bien, les rénovations devraient prendre fin en décembre prochain. À sa dernière assemblée, le conseil municipal de La Tuque avait rejeté des soumissions, en raison de dépassements de coûts de plus 550 000$, mais la Ville a jusqu’à la fin du mois de septembre pour accepter les soumissions sans générer d’impact sur l’échéancier.

Pour Steven Guilbault, Latuquois d’origine, il s’agissait de sa première activité officielle à La Tuque en tant que ministre.

«Je suis souvent revenu pour des raisons personnelles, je viens souvent à La Tuque, une bonne partie de ma famille est encore ici, mais c’est la première fois, au Complexe culturel Félix-Leclerc qui est un endroit que je connais bien», confie celui qui a fait ses études primaires dans cette ancienne école Eugène-Corbeil.

La culture

Le secteur de la culture a été dans les premiers dont les activités ont été paralysées par la pandémie de la COVID-19 et pourrait être probablement parmi les derniers à repartir complètement. Comment le gouvernement fédéral peut-il venir en aide à cette industrie, à plus court terme ?

«Ça va vraiment dépendre de l’évolution de la pandémie, des mesures de santé publique, le déconfinement. C’est pour ça que nous avons annoncé des mesures importantes, le fonds d’urgence de 500M$ au printemps dernier. Le premier ministre et moi, nous sommes engagés à continuer d’aider le secteur, à trouver des moyens pour les aider à passer cette crise, pour que les secteurs culturel et artistique canadiens et québécois soient en bonne position pour reprendre les activités», a-t-il mentionné en entrevue.

M. Guilbault n’a pas précisé quels gestes pouvaient être posés. «Nous commençons une consultation à l’échelle du pays qui va se faire virtuellement pour parler aux gens des arts de la scène, des musées, les artistes, la musique, le secteur audiovisuel, pour comprendre quels sont les besoins, alors que les activités commencent à reprendre», a conclu le ministre Steven Guilbault.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des