Nouvelles brèves du conseil municipal de La Tuque

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Nouvelles brèves du conseil municipal de La Tuque
(Photo : Michel Scarpino)

MUNICIPAL. Au cours de sa dernière assemblée, le conseil municipal de La Tuque a autorisé la dissolution de la Corporation des activités populaires (CAPLT).

L’organisme à but non lucratif avait été fondé en 2004 pour gérer différents événements se déroulant à La Tuque. La CAPLT était gérée par des élus et les fonctionnaires municipaux. Toutefois, les élus jugent qu’elle n’a plus sa raison d’être en tant qu’entité mandataire de la ville.

On l’a donc dissoute en date du 30 juin dernier. «C’est une corporation municipale qui regroupait une quinzaine d’activités. Elle était facilitante, pour nous permettre d’obtenir certaines subventions. Pour des raisons de gouvernance et de rigueur, on veut que les activités à Ville La Tuque aient leur propre budget et que les gens soient imputables. Ça va permettre un meilleur contrôle sur nos activités et sur nos finances», a précisé le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Nouvelle «roulotte restaurant» au centre-ville

Le conseil municipal a autorisé l’arrivée d’une nouvelle roulotte de restauration rapide dans un terrain situé à l’angle des rues Saint-Antoine et Saint-Joseph.

La décision a été prise à l’occasion d’une assemblée d’ajournement de la séance du 21 mai du conseil municipal. Les élus avaient ajourné la séance à la suite de représentations du propriétaire voisin, qui s’opposait à l’arrivée de ce nouveau commerce.

Le conseil a permis au commerce de s’installer, mais sous quelques conditions : que l’installation soit branchée sur le réseau municipal sanitaire et d’aqueduc et que l’autorisation soit valide uniquement pour l’été 2019. Elle pourra être renouvelée après évaluation, pour les années subséquentes. La demande devait recevoir l’aval du conseil municipal en vertu des exigences du plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIAA). Un avis favorable avait été émis par le comité consultatif d’urbanisme.

«On rend une réponse ce soir en disant que le PIAA, on ne peut pas s’y opposer. Ce terrain n’est pas à ville de La Tuque, c’est un terrain privé», a indiqué Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque. Le conseil a toutefois tenu compte des points apportés par le propriétaire voisin, notamment en le considérant comme un projet pilote pour l’été.

Permis de construction

En mai, Ville de La Tuque a émis un total de 245 permis de construction, qui représente une valeur de tout près de 4,7M$. Par rapport à l’année dernière, ce sont 24 permis de plus qui ont été émis par les services techniques de la ville, pour une valeur supérieure de 1,4M$.

Depuis le début de l’année, 464 permis de construction ont été autorisés par Ville de La Tuque, soit 8 de plus que les cinq premiers mois de 2018. La valeur totale des permis depuis le début de l’année atteint tout près de 7,2M$. Elle était de 13,4M$ l’année dernière.

Rallye La Tuque

Tout indique que l’événement Rallye La Tuque, un rallye automobile qui a été présenté pendant quelques années sur la rive ouest de la rivière Saint-Maurice a connu son chant du cygne l’hiver dernier.

Le promoteur, Éric Tremblay, souhaitait que la ville prenne en charge la prochaine édition.

«À l’heure actuelle, des activités, on en a beaucoup, pour Ville de La Tuque. C’est un département qui est financé à la hauteur de 4,3M$. Le conseil n’en ajoutera pas plus. On ne pouvait pas se permettre de financer à la hauteur de 30 000 $ cette activité et de la prendre en charge», tranche le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, qui a rappelé souhaiter davantage une prise en charge du milieu de certaines activités. Conséquemment, le groupe de M. Tremblay a pris la décision de ne pas poursuivre l’événement.

Rejet de soumissions

Le conseil a rejeté les soumissions reçues dans le cadre d’un appel d’offres pour le changement de la fenestration du centre social municipal. Trois soumissions ont été reçues, allant de 248 000$ à 309 000$. Le conseil a jugé que les prix proposés étaient trop onéreux, suite à l’estimation des coûts. On retournera en appel d’offres publiques en modifiant les devis. Deux des trois soumissionnaires n’étaient pas de La Tuque.

«Il y a une occasion d’affaires, mais les gens ne sont pas nécessairement présents et les coûts sont assez importants. J’ai de la misère à comprendre que, pour des contrats locaux de changement de fenêtres, on soit obligé de faire affaire avec des contacteurs de l’extérieur», a laissé tomber le maire Pierre-David Tremblay.

Une autre soumission a été rejetée par le conseil municipal, pour le ramonage des cheminées cette fois, parce qu’elle était non-conforme. Là aussi, on retournera en appel d’offres pour les mêmes services. Par ailleurs, le conseil a accordé un contrat au montant de 25 725 $ pour le dessablage du pont de Rivière-aux-Rats et un autre, de 71 500$, pour le dégainage des conduites d’égouts.

Aide financière aux associations de villégiateurs

Depuis 1996, Ville de La Tuque détient une politique d’aide financière aux associations de villégiateurs. Dans l’optique de les aider dans leur mandat, celle-ci est basée sur une remise des taxes foncières de 20 % pour des associations provenant de  tous les secteurs, à l’exception des anciens Territoires Non Organisés (TNO). 6 associations bénéficieront de cette forme d’aide financière, représentant une valeur de 36 000 $.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires