L’essence revient enfin à Saint-Roch-de-Mékinac

Bernard Lepage blepage@icimedias.ca

L’essence revient enfin à Saint-Roch-de-Mékinac
Les travaux ont débuté à la mi-juillet. (Photo : courtoisie)

SAINT-ROCH-DE-MÉKINAC.  Les milliers d’automobilistes empruntant quotidiennement la route 155 entre Shawinigan et La Tuque auront bientôt une option de plus pour faire le plein alors qu’un promoteur investira 1,8 million$ pour démarrer une station-service et un dépanneur à Saint-Roch-de-Mékinac. 

Patrick Duchesne a acquis dans les derniers mois les lots jadis occupés par le Restaurant Saint-Roch, sur le boulevard Ducharme, avant qu’un incendie ne le rase en avril 2020. « Le propriétaire du terrain Réjean Paré nous a accueillis à bras ouverts quand nous lui avons expliqué notre projet », explique l’entrepreneur qui habite à Sainte-Thérèse, au nord de Montréal, mais qui connaît bien la région puisque sa conjointe, Chantal Lapointe, est originaire de Lac-aux-Sables.

La station-service opérera sous l’enseigne Harnois tandis que l’épicerie-dépanneur arborera la bannière Proxi. Présentement, entre la station-service Irving au carrefour giratoire des routes 155 et 153 et Ville de La Tuque, il faut parcourir 45 km avant de trouver un autre endroit où faire le plein d’essence : à Trois-Rives, en face de l’Auberge Marineau.

Patrick Duchesne et Chantal Lapointe sont très sérieux dans leur projet puisqu’ils ont vendu leur maison et même l’entreprise de portes de garage qu’ils opéraient à Laval pour s’établir définitivement à Saint-Roch-de-Mékinac. « C’est notre projet de retraite. On veut établir des partenariats avec les gens de la place pour promouvoir leurs produits dans notre dépanneur. On va miser beaucoup sur les mets prêts-à-manger. Ma femme et moi adorons cuisiner et on a plein d’idées de menus », souligne-t-il.

Les travaux ont débuté à la mi-juillet, mais prendront véritablement leur envol au mois d’août, après les vacances de la construction. Les lots acquis par le couple sont suffisamment grands pour qu’il puisse y construire un duplex dans lequel ils habiteront. À moyen terme, Patrick Duchesne verrait très bien aussi l’établissement d’un food truck saisonnier et d’un kiosque d’information sur une autre section du terrain. « On est super content de s’établir ici et de s’enlever le stress de la ville. C’est ici qu’on veut finir nos vieux jours », sourit le promoteur.

Selon les données du ministère du Transport du Québec datant de 2021, le débit journalier moyen annuel sur la route 155 varie entre 3 100 et 5 800 véhicules par jour entre le carrefour giratoire situé à l’intersection de la route des Défricheurs et la limite de la ville de La Tuque.

Du côté de la mairesse Rita Dufresne, elle ne cachait pas sa joie de voir s’établir une station-service dans la municipalité qu’elle dirige depuis novembre dernier. Il avait été question au départ de donner un droit d’exclusivité au promoteur, mais l’idée a finalement été rejetée. « Si on a des demandes, on devra les étudier, mais avec l’ampleur du projet qui s’en vient, ça m’étonnerait qu’une autre station-service vienne s’établir dans le coin », termine la mairesse.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Luc
Luc
2 mois

Est-ce qu’il est question d’y inclure des bornes de recharge pour véhicules électrique?