Les six meilleurs « boss » en Mauricie ont été dévoilés

Photo de jcossette
Par jcossette
Les six meilleurs « boss » en Mauricie ont été dévoilés
Cinq des six patrons vainqueurs étaient présents lors de la remise annuelle. (Photo : Jonathan Cossette - Hebdo Journal)

C’est ce matin que la Table régionale de l’éducation de la Mauricie (TREM) a dévoilé les six duos d’employeurs et employés vainqueurs de l’édition annuelle de « Mon Boss, c’est le meilleur! ».

Tout comme ce fut le cas à l’automne dernier, il s’agit d’un concours qui s’inscrivait à l’intérieur d’une grande campagne de sensibilisation sur la conciliation études-travail.

« La conciliation études-travail est importante pour les jeunes et ça les inspire et les motive de poursuivre à l’école. Il y a deux ans maintenant que nous avons lancé notre campagne Mon boss est le meilleur! et pendant tout le mois d’octobre, je suis allée dans les établissements de la région, secondaires, scolaires et centres de formation pour rencontrer les jeunes. On a aussi tenu des kiosques dans dix écoles secondaires et comme deuxième volet, les jeunes avaient à inscrire des patrons qu’ils trouvent inspirants. En tout, nous avons reçu 155 inscriptions », a témoigné Marie-Ève Bolduc, chargée de projets à la TREM.

« Ensuite, nous sommes allés surprendre les six patrons gagnants en complicité avec l’étudiant et on a la chance de filmer des réactions remplies d’émotions. On doit remercier les Carrefours jeunesse-emploi de la région de nous appuyer là-dedans. Une étude récente a aussi démontré que 92% des participants travaillent pour leurs dépenses personnelles, tandis que 64% travaillent pour acquérir de l’expérience au travail. Aussi, 43% des jeunes travaillent entre 11 heures et 16 heures par semaine, comparativement à 22% qui travaillent plus de 16 heures. »

Parmi les six duos vainqueurs, on retrouve Dominic Legendre, gérant de la poissonnerie au IGA Extra du Cap-de-la-Madeleine, inscrit par Marylou Desaulniers, employée et étudiante au Collège Shawinigan, Nathalie Ricard, propriétaire de La Pousse Santé à Louiseville, inscrite par Alexis Michaud, employé et étudiant au Cégep de Trois-Rivières, ainsi que Julie Lemieux, propriétaire du Marché du Boisée à Trois-Rivières, inscrite par Laurence Surprenant, employée et étudiante à l’Institut secondaire Keranna.

Les autres heureux élus sont Linda Lapointe, gérante aux caisses du Marché Métro de Sainte-Anne-de-la-Pérade, inscrite par Lydia Cossette, employée et étudiante à l’école secondaire Le Tremplin, Anne St-Pierre, propriétaire du Stratos de Saint-Tite, inscrite par Maïka Gaudrault, employée et étudiante au Cégep de Shawinigan, ainsi que Gilles Montambault, responsable de la cour à bois du BMR Pierre Naud de Lac-aux-Sables, inscrit par Elliott Salois, employé et étudiant de l’école secondaire des Chutes.

67% au travail

« La conciliation études-travail est un enjeu qui prend de plus en plus d’ampleur et la TREM continue de développer des outils pour permettre de faire la réussite éducative. On n’a pas d’âge minimal pour travailler au Québec et on voit de plus en plus de jeunes de 13 ans et 14 ans à l’emploi alors on doit les encadrer. Il y a une étude qui démontrait que 67% des jeunes du secondaire de la Mauricie étaient à l’emploi, comparativement à 52% pour la moyenne au Québec. Il y a beaucoup d’avantages à travailler, dont l’acquisition de compétences et le fait de développer son autonomie et le sens des responsabilités. Aujourd’hui, on a la chance d’avoir des modèles ici ce matin avec de bons employeurs et de bons employés », a pour sa part lancé Nancy Mignault, vice-présidente de la TREM.

Les discours des vainqueurs abondaient tous dans le même sens, mettant l’accent sur l’importance de prioriser les études de leurs employés. Dans certains cas, les relations sont tellement bonnes que l’employé n’a aucune crainte à se confier à son employeur à propos de sa vie personnelle. « Alexis (Michaud) a commencé à 14 ans chez nous et tout le monde voudrait un Alexis Michaud comme fils », a lancé Mme Ricard, propriétaire de La Pousse Santé. « On va toujours considérer les études de nos jeunes parce que c’est important pour nous. Leur présence pour notre entreprise, surtout l’été et durant le temps des Fêtes, est importante aussi. On ne serait pas capable de rester ouvert sans eux. »

« Anne (St-Pierre) n’est pas seulement une bonne patronne, elle m’encourage dans mes études et me demande mes résultats, confie pour sa part Maïka Gaudrault, étudiante et employée au Stratos. Elle nous souhaite bon succès à chaque examen. Si je suis dans une grosse semaine d’études ou si j’ai des examens de prévus, elle va elle-même me dire de ne pas rentrer (au travail) et elle va littéralement me remplacer elle-même dans l’horaire. »

Tel que mentionné plus tôt, chaque patron gagnant a été surpris dans le cadre de son travail par Marie-Ève Bolduc et l’employé choisi. Les capsules seront dévoilées au grand public via les réseaux sociaux au cours de prochaines semaines. La TREM espère inspirer d’autres employeurs à emboîter le pas avec ses employés-étudiants.

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires