Le ministre du Patrimoine canadien de passage à Trois-Rivières

Stéphanie Paradis
Le ministre du Patrimoine canadien de passage à Trois-Rivières
(Photo : Patrick Vaillancourt)

Ce mardi 7 janvier, Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien, était de passage en Mauricie dans une tournée des régions du Québec afin de rencontrer des intervenants du secteur des arts, de la culture et du patrimoine.

Patrimoine Canada a comme objectif, à la suite de ces visites à l’échelle nationale, de devenir le meilleur partenaire possible pour les gens du monde des arts et de la culture. Ces visites n’influenceront cependant pas les décisions qui pourraient être prises dans les dossiers de demandes de financement qui sont en cours.

Avant les Fêtes, le ministre du Patrimoine canadien a visité les Maritimes et Toronto afin de connaître certains éléments de son ministère. Il a amorcé, mardi, une tournée du Québec. Pour l’occasion, il est passé par la Mauricie où il a visité la Cité de l’énergie, la salle J.-Antonio-Thompson et le Musée POP.

« On n’a pas rencontré tout le monde, ce n’est pas possible. C’est la première fois pour moi en tant que ministre du Patrimoine canadien, mais certainement pas la dernière », mentionne le ministre.

« Le but de ces tournées est d’aller à la rencontre des gens qui font vivre notre culture, nos musées, la télévision, l’industrie du film, la musique… Il faut comprendre leur réalité et leurs enjeux et comment je peux les servir comme ministre du Patrimoine. On a des défis et on a pris des engagements lors de la campagne électorale pour taxer les géants du Web. Il faut revoir le modèle de la production parce que c’est un modèle qui a été mis en place il y a longtemps », souligne le Latuquois d’origine.

Le ministre Guilbeault ne s’est pas prononcé quant à l’urgence des travaux de la salle J.-Antonio-Thompson dont un projet d’agrandissement, de rénovation et de mises aux normes a déjà été déposé auprès du ministère de la Culture du Québec. Selon le ministre, ce projet devrait faire l’objet d’une entente entre le fédéral et le provincial à travers les investissements dans les infrastructures culturelles. Selon le plan triennal d’immobilisation de la Ville de Trois-Rivières, on estime le coût total des travaux à 5 M$ et ceux-ci devraient débuter en 2022.

Nouveau rôle de ministre

M. Guilbeault apprivoise son nouveau rôle de politicien avec beaucoup de fascination. « C’est beaucoup de nouveauté en même temps. La courbe d’apprentissage est importante comme député et encore plus comme ministre. C’est fascinant! Mais en même temps, c’est un métier que je connaissais un peu de l’extérieur pour avoir travaillé avec des politiciens pendant 25 ans. J’avais quand même une certaine idée du travail, mais c’est intéressant de voir ça de l’intérieur. »

Contrairement à la croyance populaire, Steven Guilbeault affirme qu’il n’avait pas d’attentes précises lorsqu’on mentionne que ce n’était peut-être pas le poste auquel il se serait attendu. «En mai dernier, l’idée que je sois candidat dans une élection fédérale était toute nouvelle. J’ai ensuite été élu, puis nommé au cabinet d’un pays du G7, et tout ça est arrivé en l’espace de quelques mois. Je suis excessivement heureux d’être ministre du Patrimoine canadien. C’est un domaine dans lequel je n’avais peut-être pas autant d’expertise comme je pouvais en avoir en environnement, ça c’est tout à fait vrai, mais je me considère comme un amateur d’art et de culture», conclut le ministre Guilbault.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires