Finalistes à un concours provincial pour leur innovation en recharge d’appareils électroniques

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Finalistes à un concours provincial pour leur innovation en recharge d’appareils électroniques
Dans l’ordre habituel, on reconnaît Myrik Hervieux-Gaudreau, Pier-Étienne Lehoux, Anthony Blais, Hubert Audet, les quatre propriétaires de GPHY. (Photo : Courtoisie)

INNOVATION. Le Latuquois Myrik Hervieux-Gaudreau et sa jeune entreprise, GPHY, se retrouvent finalistes dans un important concours provincial, où ils mettent en valeur un procédé innovateur de recharge d’appareils électroniques, qu’ils ont eux-mêmes conçu.

Le concours «Inventer le monde de demain» est sous l’égide de l’organisme Genium 360. Tous les ingénieurs et les étudiants en ingénierie peuvent être membres de cet organisme et GPHY participe au concours dans la catégorie Entrepreneuriat.

Détenteur d’un baccalauréat en génie physique à l’Université Laval, Myrik Hervieux-Gaudreau a fondé son entreprise avec ses trois associés, Anthony Blais, Hubert Audet et Pier-Étienne Lehoux, au cours de sa dernière année de baccalauréat.

GPHY s’intéresse à des technologies plus performantes de recharge d’appareils électroniques, tels les ordinateurs, les portables, les téléphones cellulaires et les tablettes. Constatant qu’il était parfois compliqué de recharger ces électroniques, les quatre associés ont effectué des recherches pour identifier des technologies pouvant être utilisées pour rendre cela plus facile.

«On développe une nouvelle technologie qui permet de transférer de la puissance électrique sans fil à travers les matériaux, annonce l’entrepreneur latuquois.

Il existe déjà des technologies de recharge sans fil, toutes les nouvelles générations de téléphone disposent de récepteurs intégrés pour pouvoir y accéder. Mais la technologie de GPHY est différente. «On vise à installer des émetteurs sous les surfaces de travail. Dès qu’on y dépose un appareil, il se met à recharger automatiquement, sans avoir le brancher avec un fil», poursuit le Latuquois

Les plaques à induction normalement utilisées utilisent une puissance maximale de 15 watts, ce qui est insuffisant pour charger des ordinateurs portables. Le premier produit mis sur le marché par GPHY proposera une puissance de 70 watts. On pourra charger un ordinateur portable, mais aussi plusieurs téléphones cellulaires en même temps. «On dépose cinq téléphones sur la table, dans la zone de chargement de 30 centimètres par 30 centimètres, et ça pourra permettre la recharge de tous ces appareils», fait valoir Myrik Hervieux-Gaudreau.

Son entreprise travaille actuellement en recherche et développement, pour éventuellement commercialiser son produit certifié. «Depuis avril dernier, les quatre cofondateurs, on est à temps plein là-dessus, en plus de deux personnes à temps partiel qui nous aident dans le développement de produit», dit-il.

Le concours

C’est un vote populaire sur le blogue de Genium 360 qui déterminera les gagnants de la bourse attribuée dans le cadre du concours. Pour voter, cliquez ici.

Pour que le vote soit comptabilisé, on doit toutefois voter dans les quatre catégories du concours et non seulement dans celle où GPHY est inscrite. Chacun des lauréats, dans les quatre catégories, remportera un montant de 3500 $.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires