Deux ateliers sur le co-développement à Louiseville

Daniel Birru dbirru@lechodemaskinonge.ca

Deux ateliers sur le co-développement à Louiseville

ENTREPRENEURIAT. Deux ateliers sur le co-développement organisés par la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) de la MRC de Maskinongé ont été tenus à Louiseville la semaine dernière. L’objectif de ces rencontres était principalement de faire le point sur les grands enjeux qui touchent les entrepreneurs de la région.

De nombreuses conférences identiques à celle-ci ont été tenues dans les dernières années dans le but de mettre de l’avant l’idée du co-développement au sein des entreprises locales. Comme l’indique la SADC, la notion des espaces de co-développement « offre une approche structurée de formation et d’apprentissage par les pairs ». Ces deux conférences tenues les 29 et 30 mars ont été animées par Lucie Carignan, coordonnatrice du mentorat en co-développement à la SADC.

Les deux conférences se sont déroulées sous forme de table ronde, où un entrepreneur met de l’avant une problématique, un défi à relever, qu’il ou elle vit au sein de son entreprise. Après une période de question, où ses collègues vont essayer de bien comprendre la situation, des discussions auront lieu pour tenter d’aboutir à des solutions. « Ces genres de rencontres sont vraiment ouvertes à tous, mais je pense qu’elles s’adressent particulièrement aux entrepreneurs, qui travaillent souvent seuls. Ils ne peuvent pas nécessairement en parler facilement dans leurs entreprises, à leur conjoints. Alors c’est une façon d’aller pouvoir chercher des solutions au moyen de l’apprentissage des pairs et par l’expérience des autres, » explique Mme Carignan.

La SADC travaille également pour faire des groupes constitués d’entrepreneurs issus de différents milieux. Lucie Carignan explique que c’est ce qui permet des discussions un peu plus profondes en ce qui a trait à la solution de problème, puisque différentes approches sont mises de l’avant par des entrepreneurs qui vivent différentes réalités.

« On vise vraiment à ce que les entrepreneurs puisse sortir de ces rencontres avec des plans d’action concrets qu’ils pourront mettre en application. Les discussions qui sont amenés peuvent aussi amener des solutions à d’autres entrepreneurs qui sont ou ont déjà été dans la même situation. Alors tout le monde sort avec un apprentissage, au bout du compte, » explique Lucie Carignan.

Dans le passé, Mme Carignan a effectué plusieurs sondages auprès des participants. Elle mentionne que ce qui ressortait le plus de leur part est surtout le fait que ces conférences étaient essentielles pour eux, qu’ils en avaient besoin. Elle s’attend à recevoir les mêmes commentaires cette fois-ci.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires