Dehors, les Latuquois !

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Dehors, les Latuquois !
(Photo : Michel Scarpino)

PLEIN AIR.  L’expression n’aura jamais autant pris son sens que cet hiver, alors qu’on a passé de nombreux mois confinés. Tout le monde dehors !

Les différentes organisations de loisirs de La Tuque veulent faire la preuve qu’il est possible de s’amuser, de prendre l’air et de bouger, tout en respectant les consignes de distanciation physique.

D’ailleurs, Ski La Tuque a bénéficié de bons achalandages pour ses premières journées d’ouverture.

Stéphane Champagne, coordonnateur du centre de ski et ses collègues ont effectué un travail colossal afin d’enneiger les pistes. Habituellement, lorsque Dame Nature collabore, il faut un mois pour compter sur suffisamment de pistes, pour assurer l’ouverture du centre de ski. Les employés de Ville de La Tuque l’ont fait en 12 jours, sans nécessairement se fier sur autant de neige naturelle qu’on aurait souhaité. On a pu ouvrir le 19 décembre.

Stéphane Champagne, coordonnateur du centre de ski et Mylène Tremblay, commis aux infrastructures d’accueil, centre de ski et projets municipaux à Ville de La Tuque, comptent parmi les employés qui ont multiplié les efforts pour démarrer la saison de ski

«C’est pas mal du jamais vu. Normalement, c’est quatre semaines en ligne, 24 heures par jour, sept jours semaine. Les gars faisaient trois jours d’enneigement et on réussissait à avoir -12 à -15 degrés. Ils arrêtaient les canons et on avait une semaine de chaleur. Mais la dernière semaine, avec des journées de -30, nous a beaucoup aidés», glisse Mylène Tremblay, commis aux infrastructures d’accueil, centre de ski et projets municipaux à Ville de La Tuque.

Au moment du passage de L’Écho de La Tuque, 70 % du domaine skiable était ouvert. Cette donnée ne tient pas compte des sous-bois, qui ne doivent compter que sur l’enneigement naturel. Ce travail d’arrache-pied aura permis aux skieurs de pouvoir profiter de fort belles conditions pour un début de saison.

Pour le reste, veut, veut pas, ça prendra une bonne bordée de neige, puisqu’on compte aussi là-dessus pour les modules du parc à neige, qui n’est pas encore en opération.

Horaire allongé

L’horaire de Ski La Tuque a été allongé. Il permet dorénavant de profiter de soirées de ski qui vont s’étendre jusqu’à 20h, les lundis, jeudis et samedis et même jusqu’à 21h, les vendredis.

Le fait qu’aucun match des Loups de La Tuque ne soit présenté, de même qu’aucun spectacle au Complexe culturel jusqu’à nouvel ordre, alimente cette décision.

Aucune activité ne peut être présentée dans la saison à Ski La Tuque, mais on va suivre l’évolution des consignes de la Santé publique.

Respectueux des consignes

Selon ce que rapporte Mylène Tremblay, les skieurs sont très respectueux des consignes dans le chalet de ski. Mentionnons que le port du couvre-visage est obligatoire, non seulement dans le chalet, mais également près des remonte-pentes et lors des remontées. Seul bémol, on doit encore rappeler fréquemment les consignes de distanciation dans la file d’attente au télésiège. Le couvre-visage est obligatoire pour les trois ans et plus. On doit aussi respecter les bulles familiales lors des remontées mécaniques : on peut prendre le télésiège avec son conjoint ou une personne à la même adresse que soi. Sinon, c’est une personne à la fois.

Vente des abonnements

La vente des abonnements a donné de bons résultats. «Après la prévente, c’était la parité avec l’année passée. Maintenant, on l’a dépassé», dit Mme Tremblay, qui ne disposait pas des chiffres précis au moment de l’entrevue avec L’Écho.

Rappelons qu’en 2019-2020, la station de ski avait vendu 1201 abonnements, soit 115 de plus que la saison précédente.

La prévente pour les abonnements de ski a pu poursuivre, elle qui offre des rabais de 50 % sur les prix réguliers. Cela, parce que les leçons de ski sont maintenant permises, ce qui ne l’était pas il y a quelques semaines.

Mentionnons que le bar, réputé pour ses soirées festives, ne pourra pas entreprendre ses opérations cette année. Ce ne sera que partie remise. Même chose pour le casse-croûte qui ne pourra pas être en opération cette saison.

Puisqu’on ne peut demeurer que 15 minutes dans le chalet de ski, il faut le prévoir dans le temps qu’on attribue pour une collation. Mentionnons que les casiers ne sont pas accessibles cette année.

Le Club des 3 raquettes

Si les abondantes activités organisées par le Club des 3 raquettes n’ont pas lieu cette année, l’organisation ne perd pas de vue sa raison d’être : offrir des sentiers tout autour de la ville pour faire apprécier l’hiver.

«La première activité qu’on avait était le père Noël au Camp bleu, on a malheureusement dû l’annuler», se désole le président du Club des 3 raquettes, Claude Philibert.

Malgré tout, il a invité les gens à se promener dans les sentiers et à se rendre voir les différentes installations du club.

«On voit qu’il y a beaucoup d’achalandage dans les sentiers. Quand on passe sur la voie de contournement, on voit beaucoup d’autos près des tonnelles», a-t-il fait remarquer. Les bénévoles n’ont pas chômé, ayant investi tout près de 2000 heures dans l’entretien des sentiers cette année, faisait remarquer le président.

On peut se procurer les cartes de membres à la boutique le Pionnier, de même qu’à la billetterie de Ski La Tuque, au bureau d’informations touristiques et auprès des membres du comité, Claude Philibert, Roger Bolduc, Robert Proulx, Michel Plante, Louis Girard, Guy Fluet et Denis Lévesque.

Organisateur des randonnées de raquettes autour du Club de golf de La Tuque, le bénévole Robert Proulx n’a pas dit son dernier mot.

«On a le droit d’avoir des randonnées. J’ai fait une farce à quelqu’un : j’ai dit, le vais mettre un câble avec des séparateurs aux deux mètres. Mais on va s’organiser», a-t-il promis. On devrait en savoir un peu plus long en janvier.

Le nouveau camp bleu

Le nouveau Camp bleu Desjardins (Photo Facebook – Club des 3 raquettes)

Depuis la mi-novembre, le nouveau Camp bleu Desjardins est en place. De nombreux bénévoles ont travaillé durement pour parvenir à l’installer, pendant plusieurs jours. Rappelons que le nouveau camp est plus grand que l’ancien, qui avait été détruit par un incendie au début de l’été.

La glissade y sera fort probablement installée pour les familles qui s’y rendront.

Finalement, le club de ski de fond La Tuque rouge est aussi en opération. Le nombre d’abonnés, cette année, est supérieur à celui de l’année dernière.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires