De tout pour tous les goûts à la Kermesse de Noël

Patrick Vaillancourt pvaillancourt@icimedias.ca

De tout pour tous les goûts à la Kermesse de Noël
Sur la photo, on aperçoit Ginette Girard, coordonnatrice au Toit de l'amitié, et Bruno Cantin, adjoint de direction et communications au Complexe culturel Félix-Leclerc. (Photo : l'Écho Patrick Vaillancourt)

LA TUQUE.  Pour une troisième fois, le Complexe culturel Félix-Leclerc et le Toit de l’amitié s’associent pour présenter la grande Kermesse de Noël qui aura lieu au complexe culturel les 19 et 20 novembre prochains.

Pas moins de 42 artisans et entrepreneurs seront présents lors de ce week-end pour offrir leurs produits. La variété est au rendez-vous avec des articles comme des chandelles, des savons, des vitraux, des toiles, des bijoux, des sacs à main, des confiseries, une cabane à sucre et bien plus.

Les exposants seront disposés autant dans la salle Vincent-Spain que dans l’espace Carole-Guérin. 

Le Complexe culturel et le Toit de l’amitié sont devenus des alliés tout naturels alors que les Filles d’Isabelle ont pris la décision de mettre fin à leur kermesse par manque de ressources en 2018. « De notre côté, on trouvait qu’il pouvait s’agir d’une belle source de financement pour notre organisme », avance Ginette Girard, coordonnatrice au Toit de l’amitié. 

« De notre côté, on s’est dit qu’il n’y avait pas de marché de Noël dans le Haut-St-Maurice. C’est culturel les marchés de Noël, alors ça tombait pile dans notre mission de la promotion des arts et de la culture sur notre territoire. On a eu vent que le Toit de l’amitié voulait aussi reprendre l’événement, alors l’association ensemble s’est faite naturellement », explique Bruno Cantin, adjoint de direction et communications au Complexe culturel Félix-Leclerc.

Lors de la présentation de cette première en 2019, on retrouvait une trentaine d’artisans. En 2020, la kermesse n’a pas eu lieu pour les raisons que l’on connaît, et l’an dernier il s’agissait d’un événement plus timide encadré par les mesures sanitaires. « On est de retour cette année avec une version bonifiée », ajoute avec entrain Bruno Cantin.

En plus de la vente d’articles par les artisans, les gens pourront découvrir sur place une animation et des prestations artistiques spontanées. D’une part, le Complexe culturel assume les frais courants, et les retombées économiques de l’événement seront destinées à un fonds pour le Toit de l’amitié qui est dédié aux femmes qui s’empêchent de profiter des services de l’organisme pour diverses raisons. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires