Ancien restaurant Scarpino : recours judiciaire pour faire retirer les débris

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Ancien restaurant Scarpino : recours judiciaire pour faire retirer les débris

Au cours de la dernière assemblée du conseil municipal de La Tuque, les élus ont confié à la firme d’avocats Bélanger-Sauvé le mandat d’ordonner au propriétaire de nettoyer les restes de l’ancien restaurant Scarpino du 350, rue St-Joseph.

À la suite du violent incendie qui a ravagé l’établissement, le 7 juillet, les débris sont toujours en place, plus de trois mois plus tard.

Est-ce que la ville peut ramasser le tout et envoyer la facture aux propriétaires ?

Hélène Langlais, chef de service aux communications à Ville de La Tuque, a indiqué que les avocats vont effectuer des démarches, mais si le propriétaire ne dispose pas des débris, la cause se retrouvera en Cour. «C’est le juge qui va décider», précise Mme Langlais. Le processus pourrait donc être long, si rien n’est fait.

C’est alors la Cour qui déterminera c’est la ville qui doit nettoyer le site aux frais du propriétaires.

Mme Langlais précisait que le propriétaire a lui-même fait barricader l’emplacement, à la demande de la Ville, après l’incendie.

Le règlement municipal régissant les normes de construction stipule que «les débris de démolition doivent être retirés par le propriétaire dans un délai de 30 jours après la démolition de tout bâtiment à la suite d’un incendie».

L’établissement était désaffecté depuis sa fermeture, en janvier 2018.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires