Sections

Rémy Beaudoin se porte candidat à la mairie de La Tuque


Publié le 28 septembre 2017

Rémy Beaudoin, candidat à la mairie de La Tuque

©Photo TC Media Michel Scarpino

L’ancien directeur général du Centre de santé et de services sociaux du Haut-St-Maurice, Rémy Beaudoin, se porte candidat à la mairie de La Tuque.

Retraité du monde de la santé depuis avril 2015, après 20 ans en administration publique, il pense que l’action lui manque.

«Je me sens en pleine possession de mes moyens. Je vois de grands défis à relever à Ville de La Tuque», déclare-t-il d’entrée de jeu.

Il identifie trois ordres de défis, gravitant autour des grands projets en cours, l’opération courante de la ville, la qualité de vie des citoyens.

Il souhaite donc y aller «à fond de train» dans la continuité de grands projets municipaux entrepris par le conseil de l’actuel maire, Normand Beaudoin, tels la bioraffinerie forestière, la mini centrale Manawan Sipi, la fibre optique et la téléphonie cellulaire, le centre de formation supérieure et l’incubateur industriel. Il veut travailler d’abord sur ces projets.

M. Beaudoin veut également revoir l’ensemble des composantes de la mission municipale. Dans les 100 premiers jours de son arrivée à la mairie, s’il est élu, des éléments tels l’aqueduc, les égouts, la sécurité publique, les loisirs, l’hébergement, le développement économique et social seraient revus par son administration « avec une stratégie de réalisation la plus performante possible», sans toutefois défaire ce qui a été fait.

«Au niveau stratégique, on veut être en mesure de recevoir de l’administration (la direction générale) où ils sont rendus, où ils vont et apporter nos couleurs sur chacun des éléments de service dans une perspective à long terme», a élaboré M. Beaudoin.

Bilingue, Rémy Beaudoin est ingénieur mécanique et se dit en mesure de parler le langage des grands projets actuellement sur la table.

Il affirme détenir une bonne expérience en administration municipale, notamment par sa contribution à la mise en place de la nouvelle municipalité de Blanc-Sablon, d’où il est originaire en 1992. Il en avait été le premier maire. Il se dit prêt à gérer Ville de La Tuque, une organisation d'un budget d’une trentaine de millions $,  une enveloppe similaire à celle qu’il gérait au temps du Centre de santé. Il a oeuvré comme directeur général du centre de santé de la Basse-Côte-Nord pendant six ans avant d’occuper des fonctions similaires à Pembrooke et North Bay, en Ontario. Il est résident de la Tuque depuis 2010, date où il devient directeur général du centre de santé de La Tuque.

«Oui, j’ai reçu de la communauté, mais j’ai aussi donné», lance-t-il, référant à ses implications au sein du Club Lions, club de ski de fond La Tuque Rouge, club des Trois raquettes et marguillier de la paroisse Saint-Martin-de-Tours.

Il souhaite des échanges d’idées au cours de la campagne électorale qui se poursuivra jusqu’au 5 novembre.