Premier bilan du projet «Suspension active»

Publié le 23 septembre 2013
Sont présents sur la photo (de gauche à droite) : Jean-François Comeau, responsable de territoire pour Réunir Réussir (R2); Marie-Pascale Ouellette, intervenante au projet Suspension active; Andrew Fraser et Pierre-Luc Croteau, participants au projet Suspension active; Louise Roy et Julie Bronsard, directrices de l’École secondaire Champagnat; Christian Muckle, gestionnaire de projet pour la Table régionale de l’éducation de la Mauricie (TREM). Absente de la photo : Katia Pelletier, chargée de projet pour le Comité mauricien sur la persévérance et la réussite scolaires (COMPERES).
Courtoisie

C’est ce lundi que le Carrefour jeunesse-emploi du Haut St-Maurice dévoilait les résultats de l’an 1 du projet «Suspension active», réalisé en collaboration avec les établissements d’enseignement du territoire. Ce projet est destiné aux étudiants de 12 à 24 ans qui pour une raison quelconque se retrouvent temporairement exclus de l’école qu’ils fréquentent.

Comme ce volet a connu des résultats positifs, il a été convenu qu'il sera maintenu cette année avec une présence de l'intervenante à raison de deux journées par semaine à l’école. Au niveau des résultats globaux pour l’an 1 du projet, ce sont 33 jeunes qui ont pu profiter des services du projet «Suspension active» au cours de l’année scolaire 2012-2013. Sur ces 33 jeunes, 30 ont été référés par l’École secondaire Champagnat et 3 provenaient du La Tuque High School. De plus, sur ces 33 jeunes, 25 sont restés sur les bancs d’école suite à l’encadrement offert par l'intervenante dans le cadre du projet, ce qui équivaut à un taux de réussite de 75%.

Ils ont donc constaté que l’encadrement offert par l'intervenante a eu un impact positif sur les étudiants, puisque malgré quelques abandons scolaires, la majorité des jeunes sont restés actifs en intégrant, entre autres, le marché du travail ou encore, la formation générale aux adultes en septembre dernier. En ce qui concerne le La Tuque High School, 12 jeunes ont été ciblés. Par contre, seulement trois étudiants ont participé et ils se sont maintenus à l’école.

Le projet vise à réduire le nombre de suspensions en offrant aux jeunes l’opportunité de transformer leur temps de suspension en une expérience positive qui favorise le développement personnel et l’autonomie. De par sa conception, le projet intervient sur un ensemble de problématiques pouvant se retrouver chez un jeune qui se fait temporairement exclure de l’école. Durant les deux semaines passées au carrefour jeunesse-emploi, les jeunes sont amenés à se questionner, à faire des prises de conscience sur les comportements qui les ont amenés à la suspension, et ce, avec l’aide de différents ateliers.

De plus, en collaboration avec son intervenante, l’étudiant doit préparer un plan d’action en vue de sa réintégration scolaire, et ce dernier doit être présenté à la direction, aux parents ainsi qu’aux professionnels de l’école. Par la suite, l’intervenante offre du support à l’élève directement à l’école afin de s’assurer que le plan d’action soit réalisé. Aussi, suite à la demande de la direction de l’école secondaire Champagnat, un deuxième volet a été offert aux étudiants du groupe FMS afin de bonifier les services d’encadrement en persévérance et en motivation scolaire. (JC)

Source: Carrefour jeunesse-emploi du Haut St-Maurice